Translate

jeudi 15 novembre 2018

Les élèves du premier degré à la rentrée 2018 (MEN-DEPP)

Le dédoublement des classes de CP et de CE1 dans l'éducation prioritaire s'amplifie

Auteur : Juliette Robin
Note d'information, n°18.27

11.2018




Synthèse :

À la rentrée 2018, 6,750 millions d’élèves sont scolarisés dans les écoles publiques et privées du premier degré. Du fait des évolutions démographiques, les effectifs sont en légère baisse par rapport à la rentrée précédente : - 33 000 élèves (soit - 0,5 %). Cette baisse est particulièrement marquée dans le préélémentaire (- 29 800 élèves, soit - 1,2 %) alors que l’élémentaire est quasi stable (- 0,1 %). Les effectifs d’élèves en situation de handicap bénéficiant d’un dispositif unités localisées pour l’inclusion scolaire (ULIS) augmentent de + 1,0 %, soit 500 élèves supplémentaires. Trois caractéristiques de cette rentrée méritent d’être relevées :
- la taille des classes en éducation prioritaire accueillant uniquement des élèves de CP et CE1 s’est considérablement réduite ;
- la hausse des effectifs observée dans le secteur privé, portée par le hors contrat, se poursuit ;
- les taux de redoublement, en baisse depuis plusieurs années, augmentent.

mercredi 7 novembre 2018

Le moral des directeurs d’école en 2018


Conditions de travail, qualité de vie professionnelle, burnout (évolution 2004-2018)

Avenir professionnel et organisation de l’école
Georges Fotinos, José-Mario Horenstein




Extrait de la présentation sur VousNousIls :


Le moral des directeurs d’école se dégrade…

Les résultats de l’enquête sont plutôt alarmants et montrent un mal être grandissant chez les directeurs d’école, caractérisé par leur perception du système éducatif qui se détériore et des conditions de travail non favorables.

– Le système éducatif
D’une part, la majorité des directeurs d’école (90 %) n’est pas satisfaite de l’évolution du système éducatif et estime les changements d’organisation et d’objectifs trop fréquents. Plus de 8 directeurs sur 10 considèrent également qu’il n’y a pas de continuité dans la politique éducative et que les services académiques de gestion ne connaissent pas ou peu leur établissement.
De plus, une grande insatisfaction se ressent au sujet de la reconnaissance sociale du métier, des possibilités de formation et de mobilité et des perspectives d’avenir professionnel. Les directeurs d’école se trouvent dans un environnement où ils jugent que l’adaptation de l’organisation aux besoins des élèves s’est dégradée (58 % en 2018 contre 11 % en 2004) et que les décisions concernant l’exercice de leur métier sont « prises d’en haut » (85,5 % en 2018 contre 32 % en 2004).

 Les conditions de travail
D’autre part, les conditions dans lesquelles les directeurs d’école exercent leur métier s’avèrent difficiles : 91 % d’entre eux estiment leur temps de travail hebdomadaire à 45 heures et plus (la période de septembre-octobre étant la plus fatigante) et 83 % considèrent que leurs conditions de travail se sont dégradées. On note aussi des résultats inquiétants dans les relations directeurs et parents d’élèves. Ces derniers sont les principaux acteurs de la violence affligée aux directeurs dont le « leadership » est peu reconnu, en vue de l’importance des agressions. Plus de 50 % indiquent avoir été insultés, au cours de l’année 2017-2018, surtout par des parents (78 %) et des élèves (15 %). 26 % ont déjà été harcelés, surtout par des parents (69 %) et des enseignants (27 %).
L’ensemble de ces facteurs ont une incidence sur le moral des directeurs d’école qui est jugé moyen voire mauvais par 66 % d’entre eux. Les 35-50 ans sont plus nombreux à penser à quitter leur travail et à indiquer un moral dégradé. Quant aux 50 ans et plus, ce sont les plus harcelés. Ils ont donc le moins bon moral.
Cet état peut entraîner un burn-out. Les points qui le caractérisent cliniquement sont : la fatigue physique, la lassitude cognitive (le sentiment de ne pas avoir les idées claires) et l’épuisement émotionnel (l’incapacité d’être à l’écoute des besoins des collègues et du personnel). Ainsi, 39,64 % des directeurs d’école sont en épuisement professionnel et pour 23,44 %, il y a une suspicion de gravité cliniquement significative.


dimanche 21 octobre 2018

Les enseignants accueillant des élèves en situation de handicap à l'école (MEN-DEPP)

Auteur : Sylvie Le Laidier
Note d'information, n°18.26.
10.2018




Synthèse :

En 2016, plus de huit enseignants de classe ordinaire sur dix accueillent sans hésitation un élève en situation de handicap. Dans la plupart des cas, cette expérience est pour eux positive, mais peut s’avérer difficile, assez rarement négative. Une partie importante d’entre eux disent avoir besoin de conseils face aux difficultés de l’élève, certains se sentent même dépassés. La plupart des enseignants se montrent insatisfaits des opportunités de formation qui leur sont données. En classe ordinaire ou en ULIS, l’objectif principal de l’enseignant pour ces élèves est de favoriser leur autonomie en les amenant à progresser à leur rythme. Pour un quart des élèves en classe ordinaire et un tiers des élèves en ULIS, en fin de scolarité primaire, l’enseignant souhaite leur avoir fait acquérir les règles de la vie en collectivité.


Cliquer sur l'image pour l'agrandir.


Cliquer sur l'image pour l'agrandir.



vendredi 19 octobre 2018

L'évolution du salaire des enseignants entre 2015 et 2016 (MEN-DEPP)

Auteur : Marion Defresne
Note d'information, n°18.25
10.2018


Synthèse :

En 2016, un enseignant du ministère de l’Éducation nationale perçoit en moyenne 2 380 euros nets par mois. Néanmoins, des différences de salaire existent selon le statut et le corps, allant du simple au double. Ainsi, les professeurs agrégés et de chaire supérieure gagnent 0,6 fois plus que les professeurs des écoles et 1,2 fois plus que les professeurs contractuels. Par ailleurs, l’exercice du service à temps complet ou à temps partiel ainsi que les fonctions exercées par l’enseignant expliquent une partie des écarts de salaire observés.

En 2016, dans un contexte de dégel du point d’indice (+ 0,6 % au 1er juillet) et d’une légère reprise de l’inflation (+ 0,2 %), les enseignants qui étaient rémunérés par le ministère de l’Éducation nationale l’année précédente ont connu, en moyenne, une évolution individuelle de leur salaire net d’environ 3,1 %. La moitié d’entre eux observent une hausse de leur salaire net, près de 20 % voient leur salaire stagner et 30 % leur salaire diminuer. Les enseignants ayant changé d’indice de rémunération ou de quotité de travail en 2016 sont ceux qui ont connu les plus fortes évolutions de salaire, à la hausse ou à la baisse.

Cliquer sur l'image pour l'agrandir.

mardi 9 octobre 2018

L’école devenue folle

Source : Le Devoir




Louis Cornellier

En 1918, après la révolution, les bolcheviques entreprennent de réformer l’école russe afin de façonner le nouvel être communiste. Les manuels, les livres de grammaire et les dictées sont bannis. On décrète qu’il ne faut enseigner que des choses directement utiles — l’histoire, la philosophie et les langues anciennes passent à la trappe —, en utilisant une pédagogie active. Les enseignants doivent se soumettre à une rééducation en ce sens et les réfractaires, qualifiés de réactionnaires, sont expulsés du système. En 1924, un instituteur soviétique témoigne. « On a fait beaucoup de théâtre, on a dessiné, on a chanté, fait du modélisme, dit-il, mais on n’a pas appris à lire et à écrire. »

Cet épisode oublié de la révolution russe est raconté par Réjean Bergeron dans L’école amnésique ou les enfants de Rousseau (Poètes de brousse, 2018, 168 pages). Le professeur de philosophie au collégial a trouvé cette histoire dans un livre de l’historien Wladimir Berelowitch et a tout de suite fait le lien entre cette expérience et notre réforme de l’éducation.

Dans les années 1930, note-t-il, constatant les « résultats catastrophiques » de ces méthodes pédagogiques, les dirigeants soviétiques ont imposé le retour à un enseignement plus traditionnel. Ne serait-il pas temps, propose Bergeron, que le Québec, aujourd’hui, fasse de même et en finisse avec une réforme dont les fondements sont inspirés par des « courants de pensée simplistes, farfelus, mais surtout irrationnels et obscurantistes en matière de pédagogie » ?

On dira peut-être que Bergeron, qui allait déjà en ce sens dans son excellent Je veux être un esclave ! (Poètes de brousse, 2016), s’acharne, mais comment lui donner tort ? L’école québécoise, en effet, est en proie à la folie. Des parents militent pour l’abolition des exercices — exposés oraux, évaluations — qui, disent-ils, traumatisent leurs enfants. Des niaiseries comme « l’aménagement flexible » — coussins et divans remplacent chaises et bureaux dans la classe — sont présentées comme des idées géniales. Des légendes pédagogiques — formes d’intelligence, styles d’apprentissage, Brain Gym —, pourtant mises à mal par Normand Baillargeon, pullulent. L’école, dans cette dérive, « est en voie d’oublier sa mission fondamentale qui consiste à faire œuvre de transmission », se désole Bergeron.

Le professeur, qui constate la faiblesse de trop de ses étudiants en lecture et en écriture, ainsi que leur inculture historique, prône un retour à l’école traditionnelle, inspirée par une « conception humaniste de l’éducation ». Il se réjouit, notamment, de voir le ministre français de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer, présider au « retour d’une école de la transmission des savoirs, de la culture et de la maîtrise des fondamentaux que sont lire, écrire et compter à l’aide d’un enseignement explicite et structuré ».

On pourrait croire que cela va de soi, mais ce n’est pas le cas. Il y a, dans le monde de l’éducation, des obsédés de l’innovation à tout prix qui ne cessent de discréditer l’école traditionnelle. Cette dernière, selon ces militants qui se réclament d’une « pédagogie renouvelée, active et contemporaine », serait dépassée et inadaptée aux enfants d’aujourd’hui.

Partisans d’une pédagogie par le jeu, par projets, branchée sur les intérêts des enfants et inspirée par la révolution numérique, ces technopédagogues répètent que l’essentiel est d’« apprendre à apprendre » puisque le monde change vite et que les connaissances sont toujours dépassées. On dirait un programme scolaire conçu par un maniaque de jeux vidéo.

Bergeron retrouve, dans ces lubies, une version au goût du jour des idées pédagogiques du philosophe Jean-Jacques Rousseau. Dans Émile ou De l’éducation, en 1762, le promeneur solitaire plaidait déjà pour une pédagogie de la découverte, axée sur des savoirs utiles et dirigée par un maître jouant le rôle d’accompagnateur. Nos nouveaux pédagogues n’y ont ajouté que des ordinateurs.

S’en remettre aux intérêts des enfants et à leur curiosité naturelle pour les éduquer revient à les abandonner, affirme Bergeron. Par lui-même et au contact des autres, l’enfant peut développer des « habiletés cognitives primaires » — manipuler des objets, marcher et parler. Or, continue Bergeron, lire, écrire, compter et se cultiver sont des habiletés cognitives secondaires et s’apprennent grâce à un enseignement structuré.

On n’est pas libre de choisir ce qui nous intéresse quand on ne connaît presque rien. La liberté n’est pas un fait de nature, c’est une quête. C’est en connaissant qu’on développe le goût de connaître. L’école qui libère doit donc être une école dans laquelle ceux qui ont de la culture la transmettent à des élèves qui ne savent pas encore qu’ils en ont besoin pour devenir libres.