Translate

dimanche 17 juillet 2022

Inclusion des enfants handicapés dans les classes ordinaires

 


Il y a quinze ans, l'Autriche nous a donné l'exemple de ce que deviennent dans la réalité les bons sentiments affichés pour justifier l'inclusion des enfants handicapés dans les classes ordinaires.

Extrait d'un article paru dans le Monde de l'éducation (février 2007) :

Ce climat et ses effets bénéfiques n'ont malheureusement pas résisté à la générali­sation. Devenue loi après avoir été projet pilote, l'intégration des enfants handicapés a été victime de son succès auprès des familles, l'engouement ne bénéficiant pas des moyens financiers adéquats. D'où le regret émis par la présidente de la fédération des parents d'élèves, Ilse Schmid, pour qui la loi « équivaut parfois à une simple pré­sence physique des enfants han­dicapés dans les classes ».

Les enseignants ont une vision encore plus pessimiste. « Aujourd'hui, nous arrivons à des situations extrêmes. Cer­tains enseignants se retrouvent seuls dans des classes de 30 élèves avec 5 ou 6 handicapés. Plus personne ne tire parti de cette intégration. Ni les enfants han­dicapés, qui ne peuvent plus être stimulés, ni les autres, qui finissent par souffrir d'un retard dans leur programme scolaire », dénonce Martin Wiedmann, président du syndicat enseignant GÖD.

Herbert Buchebner, ins­pecteur de l'éducation spé­cialisée, reconnaît qu'il ne dispose pas du budget néces­saire pour mettre en œuvre cette politique d'intégration. « La faute en est au coefficient de dotation en enseignants spécialisés, non pas indexé sur le nombre d'enfants handi­capés mais sur le chiffre global d'élèves. Le paradoxe est que nous conjuguons une baisse de la natalité avec une hausse des dépistages précoces des handicaps. »

Il en est de même pour la prise en charge des soins qui diffère selon les communes. « Il arrive que les enseignants doivent eux-mêmes procéder aux soins d'hygiène, une situa­tion plus que délicate quand les enfants ont des sondes ! », fustige le représentant syndi­cal rappelant que l'âge moyen des enseignants autrichiens est de... 50 ans.


jeudi 9 juin 2022

Éric Zemmour : « Ma lettre aux parents français »

Source : Figaro Vox

En fin d'après-midi, votre enfant rentre de l'école. Vous lui demandez ce qu'il a appris pendant la journée. Et voici ce qu'il vous répond…

« J'ai appris que la France est un pays raciste, colonialiste et islamophobe. C'est un pays qui était autrefois dirigé par des rois catholiques qui étaient des dictateurs. Heureusement, la Révolution leur a coupé la tête. Mais, depuis, les réactionnaires et les extrêmes tentent d'empêcher le progrès. J'ai appris que la chasse, la consommation de viande et toutes les traditions paysannes doivent être interdites pour être remplacées par des éoliennes. J'ai appris que la prospérité est une mauvaise chose, et qu'il faut abolir le commerce pour sauver la planète. J'ai appris que les riches sont coupables de tout. La France est un pays où les patrons réduisent leurs salariés en esclavage. J'ai appris que l'islam est autant une religion française que le christianisme, et que ce sont les parents des immigrés qui se sont battus pour la France en 1914 et l'ont reconstruite après 1945. J'ai appris que les femmes sont les victimes des hommes, qui sont tous des violeurs. J'ai aussi appris que je peux changer de sexe si je veux, parce qu'on ne naît ni fille, ni garçon. »

Vous savez que j'exagère à peine, hélas ! L'enfant que je vous décris, c'est parfois votre enfant. Il croit à toutes ces folies depuis que les idéologues de gauche ont pris le pouvoir dans l'Éducation nationale il y a trente ans. Il y croira encore davantage avec la nomination de Pap Ndiaye au poste de ministre de l'Éducation nationale.

Disons les choses clairement : l'enfant, le vrai, est apolitique. Dieu merci, il s'occupe de sujets enfantins, et il laisse les grands débats aux grandes personnes. Mais cet enfant-là, le vôtre, la gauche n'en veut pas. Elle veut des enfants politisés, robotisés, fanatisés, de petits révolutionnaires comme il y en eut sous tous les régimes totalitaires, aux cerveaux lavés par l'idéologie, des enfants pessimistes, revanchards, prêts à dénoncer leurs parents s'ils ne se soumettent pas à la pensée obligatoire. La gauche veut que vos enfants soient des militants de gauche, voire même d'extrême gauche, des militants antiracistes, immigrationnistes, des écologistes radicaux, “gender fluid” et furieusement anti-Français. Si vos enfants deviennent tout cela, ils ne seront plus vos enfants, et ils ne seront plus des enfants.

D'innombrables parents d'élèves me confient leurs angoisses face à l'enseignement destructeur imposé à leurs enfants. Cette éducation destructrice ne s'opère pas seulement à votre insu : elle se déploie également en opposition à votre famille tout entière, car la gauche hait les liens traditionnels, et elle hait par-dessus tout le plus profond, le plus beau, le plus indispensable de tous : le lien parental et filial. C'est donc à la fois contre votre enfant, contre vous, et contre les relations qui vous unissent, qu'elle mène une lutte sans pitié. La classe politique laisse faire. Pire : dans son immense majorité, elle applaudit et elle encourage cet endoctrinement de ce que vous avez de plus cher, la prunelle de vos yeux, la chair de votre chair, votre raison de vivre, de travailler et d'espérer : vos enfants. En s'attaquant à leurs âmes, elle s'attaque aux vôtres.

Les deux architectes de cette vaste démolition sont aujourd'hui Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron. Le premier est pressé, il veut tout détruire. Le second est un peu plus patient, il déconstruit. Mais les deux utilisent la même technique : lobotomiser l'enfance française. La nomination de Pap Ndiaye au poste de ministre de l'Éducation nationale en est une preuve terrible. Cet idéologue ne fera aucune concession à vos idées, votre histoire personnelle et nationale. Il va injecter à vos enfants une dose massive de délires gauchistes. Et ne croyez pas que vous réussirez aisément à faire barrage à ce scandale : pendant leur scolarité, les enfants passent bien plus de temps avec leurs professeurs qu'avec leurs parents. Les dégâts psychologiques, culturels et anthropologiques peuvent être irréparables. Vous ne pouvez pas laisser faire. Vous ne devez pas laisser faire. Refusez en bloc, sans la moindre, négociation, sans jamais reculer d'un pas, que votre descendance descende dans ces enfers. Si je suis élu, ma première proposition de loi visera à interdire l'accès de nos écoles à ces idéologues.

Comment faire ? Comment résister ? Comment se lever et tenir bon, face à ce tsunami de mensonges déguisés en savoir ? Si je suis élu, ma première proposition de loi visera à interdire l'accès de nos écoles à ces idéologues. Alors, votez pour la vérité. Votez pour vous et pour vos enfants. Les 550 candidats de Reconquête sont les seuls à livrer cette bataille en votre nom, dans cette campagne électorale, et bientôt à l'Assemblée. Vous pouvez compter sur notre indépendance d'esprit, notre insolence, notre colère et notre espérance, pour porter haut et fort votre exigence de respect. Nous incarnerons votre combativité. Nous serons les avocats de vos enfants. Nous monterons en première ligne, pendant les cinq années de notre mandat, pour libérer vos fils et vos filles des griffes de la gauche.