Translate

vendredi 30 décembre 2016

La critique des travaux de John Hattie

Steve Bissonnette



Les travaux menés par l’équipe de John Hattie font l’objet de plusieurs critiques et plusieurs de ces critiques sont valables et recevables. En effet, réaliser une méga-analyse en comparant les résultats provenant de diverses méta-analyses ayant utilisé parfois différentes méthodologies crée le danger de comparer des pommes avec des oranges ! Toutefois, est-ce que pour cela, il faille en conclure que les recommandations formulées par ce chercheur sont totalement erronées ?

À ce sujet je vous invite à lire la citation suivante provenant de trois des plus grands chercheurs en sciences de la cognition du XXe siècle, John Anderson, Lyne Reder et Herbert Simon, détenteur d’un prix Nobel, de Carnegie Mellon (1998) sur le controversé Projet Follow Through :
« Une part importante des résistances que les constructivistes radicaux, ainsi que de nombreux intervenants du milieu de l’éducation en général, éprouvent face au domaine de la mesure et évaluation provient du fait qu’aucun instrument de mesure n’est parfait. Or, cette tendance à focaliser sur les limites des instruments de mesure en amènent plusieurs à rejeter les données provenant des recherches empiriques. Le jugement négatif qu’on a porté sur le Projet Follow Through, qui a démontré que les méthodes d’enseignement direct étaient plus efficaces que les pédagogies ouvertes avec des élèves du niveau primaire issus de milieux défavorisés, en constitue un exemple classique. Cette étude a été immédiatement accablée de critiques de toutes sortes, ce qui a eu pour effet de détourner complètement l’attention des informations importantes qu’elle contenait. Les scientifiques savent qu’ils doivent tenir compte des limites inhérentes à leurs instruments de mesure, mais qu’ils ne doivent pas pour autant ignorer ce que leurs instruments révèlent »
(Anderson, J.R., Reder, L.M., Simon, H.A. (1998). Radical Constructivism and Cognitive Psychology. In D. Ravitch (Ed.) Brookings Papers on Education Policy 1998. Washington, DC: Brookings Institute Press, p 253)
De plus, comme nous l’avons montré dans le chapitre 1 de l’ouvrage intitulé Enseignement explicite publié en 2013 chez ERPI (Gauthier, Bissonnette et Richard, 2013) l’effet enseignant identifié par Hattie est corroboré par les recherches réalisées sur la valeur ajoutée des enseignants de William Sanders, un statisticien de formation, et sur les études menées sur les écoles efficaces. Cette triangulation de recherches montre une convergence de résultats indiquant l’effet déterminant de l’enseignant sur le rendement des élèves. L’extrait suivant provenant de l’ouvrage de Dylan (2016) montre également l’effet important de l’enseignant sur le rendement des élèves qui lui sont confiés.


Finalement, il suffit simplement d’avoir soi-même des enfants à l’école pour constater comme parents les effets d’un enseignant efficace sur le rendement de ceux-ci !

lundi 26 décembre 2016

Vidéo : Réapprendre à lire, un jeu d'enfant ? (Sandrine Garcia et A.Claudine Oller)


jeudi 22 décembre 2016

TIMSS 2015 mathématiques et sciences : Évaluation internationale des élèves de CM1 (MEN-DEPP)

Note d'information, n° 33
11.2016
Auteurs : Marc Colmant et Marion Le Cam



L’étude internationale TIMSS 2015 mesure les performances en mathématiques et en sciences des élèves à la fin de la quatrième année de scolarité obligatoire (cours moyen 1ère année pour la France). Ces élèves sont entrés en cours préparatoire en 2011.

Avec un score de 488 points en mathématiques et de 487 points en sciences, la France se situe en deçà de la moyenne internationale (500 points en mathématiques et en sciences), et de la moyenne européenne (527 points en mathématiques ; 525 points en sciences), globalement et quel que soit le domaine de contenus ou le domaine cognitif considéré.

En sciences, filles et garçons obtiennent le même score. En mathématiques en revanche, les garçons font mieux que les filles, de manière significative, bien que peu marquée. Interrogés sur leurs pratiques d’enseignement, les enseignants français expriment plus fréquemment que leurs collègues européens un certain malaise face à ces deux disciplines.

En avril-mai 2015, 49 pays ou provinces ont participé à l’enquête internationale TIMSS (Trends in International Mathematics and Science Study) organisée par l’IEA pour évaluer les performances en mathématiques et en sciences des élèves de cours moyen 1ère année (CM1).

La classe cible de l’enquête est celle qui représente quatre années d’enseignement après le début des apprentissages systématiques de la lecture, de l’écriture et des mathématiques. TIMSS s’intéresse à l’ensemble des élèves présents à ce niveau de la scolarité, quels que soient leur âge, leur parcours et l’organisation du système éducatif (proportion d’élèves en retard, etc.).
Au moment de la passation, la moyenne d’âge internationale est de 10,2 ans, la moyenne européenne de 10,3 ans ; les élèves français ont 9,9 ans.  Les plus jeunes sont les Italiens (9,7 ans) et les plus âgés les Danois (10,9 ans). Les politiques de chaque pays en matière d’âge de scolarisation, de promotion et de rétention de classe ne permettent pas d’établir un lien direct entre résultats et âge moyen des élèves.

En France, les élèves évalués dans TIMSS 2015 ont effectué leur cours préparatoire (CP) pendant l’année scolaire 2011-2012, voire 2010-2011 s’ils ont pris du retard. Ils ont donc suivi toute leur scolarité élémentaire avec les programmes mis en place en juin 2008.  Les nouveaux programmes d’enseignement de l’école élémentaire sont entrés en vigueur après l’évaluation TIMSS, à la rentrée scolaire 2016.

Pour les mathématiques, le préambule des programmes de 2008 indique qu’à cette étape de la scolarité, « les élèves enrichissent leurs connaissances, acquièrent de nouveaux outils, et continuent d’apprendre à résoudre des problèmes. Ils renforcent leurs compétences et acquièrent de nouveaux automatismes toujours associés à une intelligence de leur signification. »
Pour les sciences, les programmes indiquent qu’il « s’agit de comprendre et de décrire le monde réel, celui de la nature et celui construit par l’Homme, d’agir sur lui, et de maîtriser les changements induits par l’activité humaine. L’étude des sciences contribue à faire saisir aux élèves la distinction entre faits et hypothèses vérifiables d’une part, opinions et croyances d’autre part. »

Des résultats inférieurs à la moyenne internationale

Les élèves français obtiennent un score moyen de 488 en mathématiques et de 487 en sciences. Ces scores sont significativement inférieurs aux moyennes internationales des deux échelles TIMSS fixées à 500. Pour chaque discipline, le score moyen de la France est différent de manière statistiquement significative de celui de chacun des pays de l’étude, excepté de ceux de la Nouvelle-Zélande (491) et de la Turquie (483) pour les mathématiques et de ceux de la Turquie (483) et de Chypre (481) pour les sciences.

En mathématiques, cinq pays d’Asie orientale se partagent les meilleurs résultats : Singapour (618), Hong Kong (614), la Corée du Sud (608), Taïwan (596) et le Japon (593). Le premier pays de l’Union européenne (UE), l’Irlande du Nord (570), est 6e.

En sciences, les mêmes cinq pays occupent les   premières places (avec des scores compris entre 555 et 590), rejoints toutefois par la Fédération de Russie (567).  Le premier pays de l’UE, la Finlande (554), occupe le 7e rang.

Dans les deux disciplines, environ 6 pays sur 10 obtiennent des scores moyens globaux significativement supérieurs à la moyenne internationale. En revanche, 3 pays sur 10 (dont la France) ont des performances globales significativement inférieures.





dimanche 18 décembre 2016

Comprendre les évaluations internationales sur les acquis des élèves (CNESCO)

Dossier de synthèse

11.2016

      

Les enquêtes PISA concernent l’ensemble des élèves dont l’âge est compris entre 15 ans et trois mois et 16 ans et 2 mois, quelle que soit la place qu’ils occupent dans le système éducatif (en France, en 2012, la moyenne d’âge des élèves était de 15 ans et 8 mois). Au-delà des pays de l’OCDE, n’importe quel autre pays peut y participer (71 pays ou systèmes économiques ont participé à PISA 2015 dont 34 pays de l’OCDE), sous réserve qu’il cofinance l’enquête.


Les enquêtes TIMSS concernent les élèves qui sont dans leur quatrième ou huitième année de scolarité (en France, élèves de CM1 et de quatrième). Concernant TIMSS Advanced, la population ciblée est celle des élèves en fin d’études secondaires en classes à orientation scientifique. Le nombre de pays ou systèmes éducatifs participant aux enquêtes TIMSS est irrégulier. En 2015, 57 pays ont participé à TIMSS (48 pour la 4e année et 40 pour la 8e année), mais seulement 9 pays (États-Unis, France, Italie, Liban, Norvège, Portugal, Russie, Slovénie et Suède) pour le niveau terminal. La France participe uniquement à l’enquête aux niveaux CM1 et Terminale S.



vendredi 16 décembre 2016

La différenciation pédagogique en classe

Annie Feyfant

Dossier de veille de l'IFÉ, n° 113
11.2016





Extrait :
« Bien que plus « passif », l’enseignement explicite ne doit pas s’entendre comme un enseignement magistral, frontal mais comme un enseignement reposant sur une explicitation des objectifs, savoirs et compétences en jeu, de même que sur les procédures, stratégies et connaissances à mobiliser (phase de modelage). Viennent ensuite des phases de pratique guidée et de pratique autonome. Cette démarche, qui met l’accent sur la compréhension plutôt que sur la simple transmission fait partie des pratiques efficaces mises en avant par Bissonnette et al. (2005), même si la traduction du mot explicite en actes d’enseignement reste discutée. La pratique d’un enseignement explicite n’est pas explicitement associée aux problématiques d’hétérogénéité mais indéniablement aux différences, puisque présentée comme plus efficace dans la gestion des élèves en difficultés. »
Comme on le voit dans cet extrait, Annie Feyfant connaît bien ce qu’est l’Enseignement Explicite que nous proposons. Elle met des guillemets à “passif”, parce qu’elle a compris que l’élève ne peut progresser dans ses apprentissages qu’en étant actif. Ce qui est un des fondements de la pratique explicite (et c’est aussi un des éléments qui la distingue de l’enseignement traditionnel).

Pour vous éviter de faire la recherche, la référence citée dans ce passage est celle-ci : Bissonnette Steve et al. (2005). “Interventions pédagogiques efficaces et réussite scolaire des élèves provenant de milieux défavorisés”. Revue française de pédagogie, n° 150, p. 87–141.

Quant à la discussion qu’Annie Feyfant évoque à propos de la traduction du mot “explicite” en actes d’enseignement, cela renvoie à l’OPA constructiviste récente sur le mot “explicite” qui aboutit à une démarche pédagogique n’ayant aucun rapport avec celle présentée ci-dessus par l'auteur elle-même. Je renvoie les curieux à cette rubrique du site Form@PEx qui indique les articles relatant ce “hold-up sémantique”.

mercredi 14 décembre 2016

Le moral des inspecteurs (IEN, IA-IPR)

Qualité de vie au travail et épuisement professionnel

Auteurs : Georges Fotinos et José Mario Horenstein
Vitruvian consulting, CASDEN
17.11.2016




Source : Vousnousils

La toute première recherche sur le moral des personnels du corps d’inspection de l’Éducation nationale a été présentée, le 17 novembre 2016, au salon Educatec-Educatice, lors d’une table ronde.

L’étude, réalisée à l’initiative de la CASDEN par le chercheur Georges Fotinos, spécialiste des questions de climat scolaire, et le médecin psychiatre José Mario Horenstein, pointe du doigt une dégradation des conditions de travail des inspecteurs, et alerte sur leur « épuisement professionnel ».

« Au moment où les directives nationales indiquent que les inspecteurs territoriaux (IEN et IA-IPR) sont des “acteurs essentiels du pilotage pédagogique” de la Refondation de l’école, le malaise au sein de ces personnels est grandissant », écrivent les auteurs de l’étude. Selon Georges Fotinos et José Mario Horenstein, un quart des inspecteurs sont présumés en « épuisement professionnel », 1 sur 10 sont « en burn-out clinique », et les deux tiers déclarent un moral professionnel « moyen-mauvais ».

Et si on en demandait trop aux inspecteurs, dont 96 % expriment « un sentiment de stress de plus en plus fréquent » ? « D’une école reconnue et respectée, nous sommes passés à une école de plus en plus soumise aux revendications individuelles », écrivent Fotinos et Horenstein.

« D’une école où la mixité sociale était répandue et participait à l’amélioration du climat scolaire, nous sommes passés à une école qui développe les ghettos scolaires », poursuivent les auteurs de l’étude. Pour « relever ces défis », les inspecteurs, « en première ligne », ont-ils « les moyens (conditions de travail, caractéristiques du métier) nécessaires, et sont-ils aptes (motivation, moral, santé) ? », s’interrogent-ils.

Selon l’enquête, 78 % des inspecteurs estiment que leurs conditions de travail « se sont dégradées », et 9 inspecteurs territoriaux sur 10 déclarent que « leur volume de travail est trop lourd ». Pour 7 IEN et IA-IPR sur 10, il aurait même « augmenté » depuis 2011.

Ainsi, nombre des inspecteurs dénoncent « l’accumulation des tâches » qui leur sont dévolues – missions d’impulsion, d’évaluation, d’inspection, de contrôle, d’animation, de formation, de sanction des études, de gestion, de recrutement, d’expertise.

Pour Georges Fotinos et José Mario Horenstein, qui décrivent notamment le « poids écrasant » du « travail administratif et de la gestion des conflits », le malaise « ne peut que s’aggraver » si rien ne bouge. Les auteurs de l’étude proposent plusieurs pistes, dont la limitation de la « polyvalence excessive des missions » des IEN / IA-IPR en « mutualisant les compétences », et l’inscription dans la formation (initiale et continue) de « stages obligatoires » sur « la gestion des conflits ».
Fabien Soyez








Cliquer sur les images pour les agrandir.

dimanche 4 décembre 2016

Les performances en orthographe des élèves en fin d'école primaire (1987-2007-2015) (MEN-DEPP)

 Auteurs : Sandra Andreu et Claire Steinmetz
Note d'information, n° 28
11.2016
Évalués en cours moyen deuxième année (CM2) en 2015, les élèves, entrés en cours préparatoire (CP) en 2010 pour la plupart, ont de moins bons résultats en orthographe que les élèves évalués en 1987 et 2007. La baisse des résultats constatée entre 1987 et 2007 n’a ainsi pas été enrayée. C’est l’orthographe grammaticale (règles d’accord entre le sujet et le verbe, accords dans le groupe nominal, accords du participe passé) qui demeure la source principale de difficultés pour les écoliers français.


L’infographie

Nombre total d'erreurs total obtenues à la dictée selon le secteur
  

Confirmant les observations de l’étude de 2015 sur la compréhension de l’écrit, l’écart de performances entre l’éducation prioritaire (EP) et le public hors éducation prioritaire tend à se réduire en 2015. En 2007, cette différence était de 5,8 erreurs ; en 2015 elle n’est plus que de 3,3. Le nombre moyen d’erreurs effectuées par les élèves scolarisés en EP augmente de 1,3 en huit ans.

Tout en restant supérieur à celui du secteur public hors EP, il progresse moins que dans ce dernier (augmentation de 3,8 erreurs). Par ailleurs, comme en 2007, nous observons des performances moyennes similaires du secteur privé et du secteur public hors EP, mais une dispersion plus importante apparaît désormais dans le secteur privé.


L’essentiel

La diminution des performances en orthographe est un phénomène général ; elle concerne l’ensemble des élèves, quel que soit leur sexe, leur âge ou leur environnement social. Elle touche aussi tous les secteurs de scolarisation (public, privé et éducation prioritaire). Toutefois, en éducation prioritaire, l’augmentation du nombre d’erreurs sur la dernière période est moins importante que dans les autres secteurs.

Les erreurs lexicales, bien qu’en augmentation sur la période, restent les moins fréquentes. L’essentiel des difficultés relève de la non-application des règles grammaticales, notamment celle de l’accord entre le sujet et le verbe (qui passe de 87,1 % de taux de réussite en 1987 à 55,8 % en 2015 pour le mot « tombait »), mais surtout celle des accords de l’adjectif (par exemple, « inquiets » passe d’un taux de réussite de 46,3 % en 1987 à 25,7 % en 2015), et du participe passé (« rentrés » passe d’un taux de réussite de 66,8 % en 1987 à seulement 35,1 % en 2015).


Repères

L’épreuve de maîtrise de l’orthographe
Celle de 1987 consistait à vérifier par la dictée le degré de maîtrise de l’orthographe de mots usuels et de règles orthographiques grammaticales (accords entre le sujet et le verbe, accords dans le groupe nominal, accords du participe passé). La même dictée a été proposée aux élèves sur les trois moments de mesure : 1987, 2007, 2015. Il s’agit d’un texte d’une dizaine de lignes comprenant 67 mots et 16 signes de ponctuation, soit 83 items. Le texte ne présente pas de difficultés linguistiques particulières, en revanche il met l’accent sur la gestion des chaînes d’accords, et nécessite d’en assurer la continuité tout au long de la dictée.


Le texte de la dictée
« Le soir tombait. Papa et maman, inquiets, se demandaient pourquoi leurs quatre garçons n’étaient pas rentrés.
- Les gamins se sont certainement perdus, dit maman. S’ils n’ont pas encore retrouvé leur chemin, nous les verrons arriver très fatigués à la maison.
- Pourquoi ne pas téléphoner à Martine ? Elle les a peut-être vus !
Aussitôt dit, aussitôt fait ! À ce moment, le chien se mit à aboyer. »


Les limites de l’étude
La principale limite pouvant conduire à relativiser la comparabilité des résultats entre 1997, 2007 et 2015 concerne la correction des réponses des élèves. En 2007 et en 2015, les consignes de passation et de correction des épreuves ont été reprises à l’identique de celles de 1987. Mais, à la différence des évaluations de 1987 où la correction avait été assurée par les professeurs des élèves de l’échantillon, en 2007 et 2015, cette correction a été réalisée de manière centralisée et standardisée, selon les procédures en vigueur à la DEPP. Concrètement, les réponses des élèves ont été scannées et corrigées via un serveur Internet par une équipe de correcteurs recrutés par la DEPP. Ce système permet de fiabiliser les corrections et d’en mesurer la qualité. Il n’est pas directement possible d’estimer le biais potentiellement induit par ces différentes modalités de correction.

mardi 29 novembre 2016

Livre : L'École de demain (Jean-Michel Blanquer)


Depuis une quinzaine d’années, les livres sur l’École se contentent de décrire son agonie avec, en corollaire, la solution de revenir à celle d’hier ou d’avant-hier.

Avec L’École de demain, Jean-Michel Blanquer nous invite à changer radicalement de perspective. Et c’est tant mieux !

L’auteur, qui est actuellement directeur général de l’ESSEC, a occupé de hautes fonctions dans le système éducatif français (recteur puis directeur général de l’Enseignement scolaire). Il connaît donc parfaitement son sujet et sa parole a du poids.

Ce livre expose en 150 pages toute une série de propositions pour une Éducation nationale rénovée. Depuis la maternelle jusqu’au lycée, en passant par la carrière des professeurs et l’organisation générale du système éducatif. L’exposé est concis, clair, rigoureux et très … explicite.

Je reprends ici les passages qui m’ont particulièrement intéressé.

Commençons par l’effet-maître, dont Jean-Michel Blanquer évoque l’importance : « L’effet-maître apparaît comme l’effet majeur du système scolaire, qu’il faut en permanence cultiver et favoriser, au primaire, au collège comme au lycée » (p 80). Ainsi, il observe que « la qualité d’un enseignant a un effet très fort sur le destin scolaire des élèves. L’enjeu essentiel de toute politique éducative ambitieuse doit donc être de viser la maximisation de cet effet-là ; cela passe par une formation initiale et continue des enseignants revisitée, entièrement tendue vers la mise en œuvre de pratiques et de protocoles pédagogiques dont l’efficacité a été démontrée par la recherche » (p 102).

De fait, « des études récentes montrent que l’impact le plus fort sur la réussite scolaire tient aux compétences de l’enseignant et aux pratiques qu’il met en œuvre » (p 37).

D’où l’importance d’une formation professionnelle de qualité des enseignants : « En développant des formations qui prennent appui sur un dialogue nourri et permanent entre les chercheurs et les enseignants, on rendra possible une fertilisation croisée entre la salle de classe et les laboratoires scientifiques de haut niveau » (p 25). Ce qui est en rupture complète avec les formations dispensées depuis une quarantaine d’années et qui sont basées sur les croyances obsolètes de l’idéologie constructiviste.

Pour les partisans de l’Enseignement Explicite, la reconnaissance de l’importance de l’effet-maître a une conséquence fondamentale : « L’enseignement doit être structuré, systématique et explicite » (p 22). En un mot efficace.

Or, comment définir ce qui est efficace en pédagogie ? Les programmes efficaces « utilisent la même méthodologie, inspirée de la recherche médicale et fondée sur la “randomisation”, avec un “groupe-témoin” et un “groupe-test”. L’impact des interventions est ainsi mesuré en comparant le groupe bénéficiant de l’intervention souhaitée (“groupe-test”) au groupe sur lequel aucune intervention n’est pratiquée (“groupe-témoin”). La “randomisation” (tirage au sort des enfants d’un même groupe comparable pour faire partie du groupe témoin ou du groupe traitement) permet, en outre, d’avoir des groupes homogènes et d’éviter tout biais statistique » (p 22).

La recherche sérieuse et récente fournit en grand nombre des résultats qui convergent sans équivoque : « La comparaison internationale montre à nouveau les vertus d’un enseignement structuré, explicite et centré sur l’acquisition des savoirs fondamentaux » (p 34). Par conséquent, si on veut un enseignement de qualité, la conclusion s’impose : « Il faut donc proposer une pédagogie explicite, progressive, qui tienne compte des sciences cognitives, et qui soit à la fois exigeante et ambitieuse » (p 38). Pour le moment, en France, nous en sommes encore loin. Et les dernières réformes consécutives à la fameuse “Refondation de l’École” ne prennent pas ce chemin. Encore une occasion perdue…

Jean-Michel Blanquer fait d’ailleurs preuve d'un certain scepticisme à ce sujet. Que ce soit sur les nouveaux programmes : « Tout en conservant certains acquis, notamment la phonologie et le code alphabétique, les programmes de 2013 [de la maternelle] vont dans le sens inverse et sont moins ambitieux en n’assumant pas la continuité des apprentissages entre préélémentaire et élémentaire » (p 143, note) et « La répétition, l’exercice, la récitation, l’acquisition d’automatismes, auxquels les derniers programmes d’enseignement ont renoncé au profit d’une multiplication des objectifs » (p 40). Ou l’esprit même qui a inspiré la réforme : « La dernière réforme illustre la dérive d’une conception du collège unique vers l’uniformisation par l’égalitarisme » (p 55).

Mais revenons à ce qui est le passage le plus important pour les partisans de notre courant pédagogique : « À l’école élémentaire, la clé est donc de proposer un enseignement explicite, progressif et ambitieux » (p 40). Voilà qui est clair !

Il se trouve que Jean-Michel Blanquer connaît parfaitement ce qu’est l’Enseignement Explicite. Il le définit dans une note pp 144-145 : « Mouvement pédagogique né aux États-Unis dans les années 1960, la pédagogie explicite s’appuie sur des progressions structurées et rigoureuses, allant des notions les plus simples au plus complexes, qui respectent les aptitudes cognitives – la capacité à comprendre, à assimiler et à mémoriser – des élèves. Chaque leçon est structurée de façon identique : mise en situation, rappel des prérequis, pratique guidée et autonome, révision, évaluation. L’enjeu est de focaliser explicitement l’attention de l’enfant sur ce qui est pertinent, sur ce qu’il devra retenir ; pour qu’il puisse saisir la difficulté spécifique de chaque exercice. » Il nous fait même l’amitié de citer Form@PEx en référence dans le contexte francophone.

Plus généralement, j’ai aussi noté des observations très justes concernant la maternelle et l’élémentaire (je laisse le collège et le lycée à plus connaisseurs que moi). Ainsi, pour la maternelle, on peut lire que « la scolarité à l’école maternelle est un moment décisif » (p 15), ce que nous ne cessons de répéter. Une autre proposition que nous soutenons souligne la nécessaire spécialisation des enseignants qui y exercent par « la création, au sein de la formation initiale, d’un certificat d’enseignement en maternelle » (p 25).

Quant à l’élémentaire, Jean-Michel Blanquer rappelle que « la mission de l’école élémentaire est l’acquisition – et la maîtrise – des savoirs fondamentaux par tous les élèves » (p 31). Ce qui a été un peu oublié sur les quarante dernières années. Le résultat s’en fait d’ailleurs cruellement sentir aujourd’hui : « À la sortie de l’école primaire, plus d’un enfant sur trois est en difficulté ou n’a que des acquis fragiles en lecture, en écriture et en calcul. Pourtant la recherche montre que presque tous les enfants peuvent réussir lorsque des méthodes d’enseignement appropriées sont déployées très tôt » (p 20).

Pour mettre un terme à cette situation, l’auteur nous donne quelques propositions très simples à mettre en œuvre : « Pour l’école élémentaire, le premier pilier est constitué par les pratiques pédagogiques appuyées sur les résultats de la recherche scientifique et la comparaison internationale. Il apparaît essentiel d’assurer un nombre minimal d’heures en français et en mathématiques (20 heures sur 26) et de veiller à l’application en classe des pédagogies les plus efficaces. La logique de l’inspection devra désormais être de se concentrer sur cet aspect, en veillant à conseiller et à soutenir les professeurs » (p 42).

À quoi s’ajoute un autre point qui nous semble particulièrement pertinent : « Il faut non seulement rétablir les évaluations nationales, mais les étendre à chaque fin d’année, du CP au CM2. Cela permettra de créer un lien entre les années, de disposer d’un instrument de pilotage pédagogique, de retrouver les cohortes permettant d’établir des comparaisons, mais aussi de responsabiliser l’ensemble des acteurs » (p 43). C’est ce que nous proposons : des programmes par niveaux d’enseignement accompagnés d’évaluations sérieuses en fin d’année (utiles à la fois à l’institution, aux enseignants, aux élèves et leurs familles).

Un autre paramètre capital serait également à changer dans les plus brefs délais : « Aujourd’hui, la courbe de financement de notre système éducatif est à rebours des enseignements de la recherche, avec davantage de moyens consacrés au secondaire qu’au primaire » (p 20).

Le Primaire est la base de toute scolarité réussie. Ainsi, « la maternelle et l’élémentaire sont les niveaux clés pour résoudre les problèmes qui paraissent parfois insolubles au collège » (p 51). Il est très difficile par la suite de revenir sur ce qui a été loupé dans les enseignements élémentaires, sur les connaissances et les habiletés qui n’ont pas été mises en place solidement et durablement : « Le collège fixe les niveaux scolaires des enfants acquis à la fin du primaire. Il ne permet ni véritable dépassement du niveau atteint au primaire ni comblement des difficultés accumulées. La plupart du temps, on sort du collège comme on y est entré : avec ses points forts et ses lacunes. Aujourd’hui, on retrouve à la sortie du collège les 20 % d’élèves en difficulté dès la fin de l’école élémentaire, ceux-là mêmes qui ne maîtrisent pas les savoirs fondamentaux. En somme, le collège ne parvient pas à remédier aux difficultés apparues dès l’école primaire » (p 53).

J’ai quand même trouvé un argument de l'auteur avec lequel je suis en désaccord : « Les recherches montrent à quel point les facteurs extrascolaires sont au moins aussi importants que les facteurs scolaires pour expliquer la réussite, l’assiduité, la motivation et donc pour lutter contre le déterminisme social » (p 62). Or, nous savons depuis l’étude de Wang, Haertel et Walberg que l’effet-enseignant a plus d’influence que la famille sur l’apprentissage des élèves et donc sur leur réussite.

Pour Jean-Michel Blanquer, « le sujet de l’éducation est un sujet politique au sens profond de ce terme, car il a trait à notre avenir et engage, plus que tout autre sujet, la société dans son ensemble. Ce n’est cependant pas un sujet politicien, car sa temporalité dépasse le temps des alternances, ce qui impose d’en finir avec le va-et-vient des réformes éducatives et pédagogiques que la France a connu jusqu’à présent » (p 10).

La conclusion qu’il nous livre pour résumer son programme est très simple : « Une maternelle qui soit l’école du langage pour bien préparer l’acquisition des savoirs fondamentaux ; un élève qui sorte de l’école élémentaire en sachant lire, écrire, compter et respecter les autres ; un collège qui fortifie le socle commun de connaissances, de compétences et de culture pour tous les enfants de France en personnalisant leur parcours ; un lycée qui prépare à la vie future, qu’elle soit immédiatement tournée vers l’insertion professionnelle ou vers la poursuite d’études supérieures : voilà le tableau simple, net et précis qu’un ministère de l’Éducation nationale rénové peut proposer à l’ensemble de la nation française » (p 139).

Voilà enfin une belle perspective à laquelle je souscris entièrement. Les solutions semblent vraiment à portée de main.

Parmi toutes les personnalités qui ont actuellement des projets pour l'École en vue des prochaines élections présidentielles, Jean-Michel Blanquer me semble le plus apte pour faire de l'Éducation nationale une administration à la fois performante et efficace. 

Sans compter que nous aurions enfin un ami favorable à l’Enseignement Explicite accédant à un poste-clé !



________________________________
Jean-Michel BLANQUER
Éditions Odile Jacob, 151 p, 10.2016

dimanche 27 novembre 2016

Observatoire des professeurs des écoles débutants - 2016 (SNUipp)

Harris Interactive pour le SNUipp
06.2016



Le SNUipp commande, tous les trois ans, un “observatoire des professeurs des écoles débutants”. Vous retrouverez ici l’observatoire de 2010 et celui de 2013.

Pour celui de cette année, je reprends les éléments d’un article d’Elsa Doladille.

- Pour désigner les plus grandes différences entre l’idée que les professeurs des écoles débutants se faisaient du métier et la réalité, 60 % ont choisi « l’implication du métier dans la vie privée ». La charge de travail arrive en seconde position (54 %), suivie par l’hétérogénéité des classes (43 %).

- 60 % seulement des nouveaux enseignants se disent satisfaits de leur entrée dans le métier, un chiffre en baisse constante depuis 2004, où 77 % des répondants étaient contents de leurs débuts.

- C’est « la connaissance de la réalité d’une classe », qui leur a le plus fait défaut (39 % des répondants). Ils estiment également avoir manqué de connaissances pédagogiques (30 %) et d’accompagnement pédagogique (28 %). Ce qui n’est pas surprenant au vu des insuffisances de la formation initiale largement d’inspiration constructiviste donnée dans les ÉSPÉ. Quant à l’accompagnement, il revient essentiellement aux conseillers pédagogiques de circonscription toujours cooptés selon leur adhésion aux dogmes dominants. Soumis à la pensée pédagogique du constructivisme, quelle aide peuvent-ils raisonnablement apporter aux débutants en perdition ?

- 17 % déplorent en outre le manque de « soutien psychologique », un chiffre en hausse de 4 points par rapport à 2013. Là aussi, rien de surprenant considérant le durcissement continu des conditions d’exercice du métier.

- 71 % se disent toutefois satisfaits par rapport à ce qu’ils attendaient du métier. La proportion de répondants envisageant de changer de métier d’ici 15 ans a d’ailleurs baissé de 4 points par rapport à 2013 (14 % contre 18 %). La réussite des élèves est la plus grande source de satisfaction pour 63 % des répondants, 60 % citent les relations avec les élèves et – proportion notable mais insuffisante – 53 % le fait de transmettre des connaissances.

- Au niveau des sources d’insatisfaction, 65 % ont du mal à gérer leur temps de préparation, 62 % les différences de niveaux au sein de la classe, et 54 % l’échec persistant de certains élèves.

- La principale cause des difficultés scolaires, ce sont les classes trop chargées. Les effectifs trop importants sont en effet cités par 83 % des professeurs comme principal facteur d’échec à l’école primaire, avant la situation sociale des familles (47 %). Baisser le nombre d’élèves par classe arrive d’ailleurs en tête des priorités citées par les nouveaux enseignants (83 %), avant la mise en place du Plus de maîtres que de classes (48 %).

- La réforme des rythmes scolaires est jugée insatisfaisante pour 82 % des professeurs débutants, et particulièrement impopulaire chez les sympathisants de droite (91 %).

- Enfin, ce qui tend à montrer la dégradation de l’image du métier, 88 % des répondants estiment exercer un métier dévalorisé par la société, contre 59 % en 2001.

vendredi 25 novembre 2016

Attractivité du métier d'enseignant - État des lieux et perspectives (CNESCO)

Rapport scientifique

11.2016

      

Les préconisations du CNESCO


Les recherches montrent que la qualité de l’enseignement et donc des enseignants est le premier facteur scolaire associé à une amélioration des apprentissages des élèves.

Recruter, former dans la durée, fidéliser des professionnels experts de haut niveau dans les disciplines qu’ils enseignent mais aussi en didactique et pédagogie est un des défis majeurs d’un système scolaire.

Il s’agit donc d’atteindre des objectifs quantitatifs de recrutement (recruter assez d’enseignants pour faire face aux besoins démographiques, dans chaque classe mais aussi pour les remplacements adéquats). Il s’agit aussi d’atteindre des objectifs qualitatifs dans le recrutement, afin de déployer dans toutes les disciplines et sur tous les territoires, notamment les plus paupérisés, des enseignants experts des apprentissages, formés pour faire face aux défis éducatifs (hétérogénéité scolaire des classes, difficulté scolaire grave, numérique, handicap, employabilité des élèves dans l’enseignement professionnel, apprentissage des langues étrangères dès le primaire...).

C’est, en conséquence, une politique globale d’attractivité du métier d’enseignant qui doit être plus encore développée dans les années à venir, dans un cadre politique cohérent de recrutement, dont la première condition d’efficacité est l’inscription dans la durée, en rupture avec les politiques de stop and go des dernières décennies.

Le CNESCO met en avant huit leviers pour une politique globale d’attractivité en France.
1. Valoriser l’image de l’enseignant auprès du grand public
2. Inscrire les politiques de recrutement des enseignants dans la durée
3. Attirer des profils de candidats à l’enseignement plus diversifiés
4. Sécuriser l’entrée dans le métier des nouveaux enseignants pendant trois ans
5. Développer des incitations financières et matérielles pour les néotitulaires
6. Assurer une formation continue obligatoire et de qualité
7. Proposer des dispositifs de mobilité géographiques plus flexibles
8. Reconnaitre la diversification des missions des enseignants et soutenir leurs secondes carrières

mercredi 23 novembre 2016

Vers une éducation fondée sur des preuves (Franck Ramus)





L'éducation fondée sur des preuves est un courant visant à fonder les pratiques éducatives sur des preuves (ou au moins des éléments de preuve) scientifiques de leur efficacité. L'expression “éducation fondée sur des preuves” vient de l'anglais evidence-based education. La notion de preuves peut sembler excessivement forte, mais il faut comprendre que c'est un problème de traduction. Le mot evidence fait avant tout référence à des données factuelles, plus qu'à de véritables preuves. L'esprit est donc de promouvoir les pratiques éducatives basées sur des données factuelles (concernant leur efficacité), par opposition aux pratiques fondée sur de simples croyances ou sur des philosophies.

Ce courant découle bien entendu de la même approche adoptée avec succès depuis plusieurs décennies en médecine, la médecine fondée sur des preuves (evidence-based medicine). Aujourd'hui, plus personne ne voudrait prendre un médicament ou subir un traitement médical qui n'ait auparavant fait la preuve de son efficacité, selon les standards de la médecine fondée sur des preuves. Standards qui requièrent généralement la conduite d'essais cliniques randomisés contrôlés, permettant d'évaluer statistiquement les bénéfices apportés par un traitement, comparé à un autre traitement de référence (ou à un placebo). Pour une excellente introduction aux origines historiques et aux principes de la médecine fondée sur des preuves, reportez-vous à l'article de Simon Singh et Edzard Ernst.

Le fait est que les principes de la médecine fondée sur des preuves ne sont pas propre à la médecine, et que les méthodes expérimentales qu'elle met en œuvre sont d'utilité générale et sont totalement indépendantes de la nature des traitements, qu'il s'agisse de médicament, de pratique médicale ou paramédicale, de psychothérapie, de pratique pédagogique, ou même d'action économique ou politique. C'est pour cela que l'approche “evidence-based” tend à se généraliser à tous les domaines, en premier lieu dans les cultures pragmatiques où l'action et les faits sont plus valorisés que les beaux discours.


Mon commentaire :

Depuis son origine, le courant de la Pédagogie Explicite recommande les pratiques basées sur les preuves (ce que les Canadiens appellent “les données probantes”). Barak Rosenshine s’est précisément appuyé sur les preuves pour définir les modalités de mise en œuvre de l’Enseignement Explicite. Sa réponse à ceux qui lançaient des affirmations non prouvées est restée fameuse : « Show me the data! ». Sans données tangibles, toute affirmation éducative reste à nos yeux sans valeur. 
Dès lors, il est grand temps que l’éducation fondée sur des preuves s’impose en France et que l’on cesse de recourir à des démarches d’enseignement basées sur des croyances ou de l’idéologie. 
Les enseignants du courant explicite apprécient et soutiennent les efforts de Franck Ramus qui vont dans le sens d’un enseignement efficace basés sur les données recueillies en grand nombre. Les résistances, souvent issues des rangs du constructivisme pédagogique, sont encore nombreuses mais elles ne sont pas insurmontables. De fait, en enseignement comme ailleurs, seuls les résultats constatés comptent… 
Sur les données probantes : http://www.formapex.com/donnees-probantes?layout=default
Bien cordialement.

lundi 21 novembre 2016

Explicite : Un hold-up sémantique



Pauvres formateurs !

Le Centre Alain Savary, annexe de l’IFÉ (ex-INRP), repaire de constructivistes militants, est apparemment chargé de former les formateurs. On avait déjà eu droit, en janvier dernier, à une formation de formateurs en éducation prioritaire au cours de laquelle l’enseignement explicite avait été complètement subverti et adapté à la sauce constructiviste. De l’or transformé en plomb !

On avait compris qu’une véritable OPA se portait sur l’expression “enseignement explicite”. Les partisans des démarches par découverte s’apercevaient enfin que le tâtonnement n’était pas productif pour la plupart des élèves, surtout ceux en enseignement prioritaire qui ne possèdent pas les implicites aussi bien que les “héritiers” de Bourdieu. Dès lors, on vit des constructivistes purs et durs se mettre à prôner un enseignement explicite. Mais pas celui décrit et modélisé par Barak Rosenshine (ne rêvons pas !), mais une sorte de contrefaçon qui n’avait d’explicite que le nom.

Le vrai Enseignement Explicite, celui que nous défendons, devenait par dénigrement un “enseignement direct” ou une “instruction directe”, en insistant bien sur le “direct” si près de “directif”. J’ai déjà eu l’occasion de dire ce que je pensais de cette appellation qui se veut péjorative.

Or, voilà que le Centre Alain Savary récidive par la bouche du fameux Roland Goigoux, un de ceux que Carole Barjon a rangé parmi les “assassins” de l’École dans son dernier livre. Je laisse aux curieux le soin d'aller voir le parcours de Goigoux, « l’homme global », qui occupe un chapitre entier du livre de Barjon.

Dans la page récente du Centre Savary, Goigoux résume donc, vidéos à l’appui, une formation de formateurs donnée à Clermont. 

Un passage a retenu mon attention :
« Lorsque certains courants de recherche tentent de faire croire que certaines démarches seraient intrinsèquement meilleures que d’autres, ils se trompent. Par exemple, l’instruction directe, très “étapiste” [si près de “gestapiste” !] et procédurale, peut être pertinente dans certains cas, mais il ne faut pas laisser accaparer le terme “explicite” pour cette seule acception : une démarche de résolution guidée peut être très explicite. Il existe mille et une manière de conduire un enseignement plus ou moins explicite. Attention au hold-up sémantique ! »
C’est quand même particulièrement gonflé d’accuser les partisans de l’Enseignement Explicite de faire un « hold-up sémantique » ! Où étaient les constructivistes, qui trustaient déjà toutes les bonnes places de l’Éducation nationale (hiérarchie, “experts”, formateurs) dans les années 1980, quand Barak Rosenshine publiait ses premiers articles ? Qu'en ont-ils dit dans les trente années qui suivirent ? Absolument rien...

Il a fallu attendre 2005 pour que Clermont Gauthier, un universitaire canadien, fasse connaître aux Français, lors d'une conférence, les travaux de l'Américain Barak Rosenshine sur l'Enseignement Explicite, dont la première description remontait à 1976 ! 

Les constructivistes français ont ignoré l'Explicite pendant tout ce temps ! Silence obtus de leur part... Puis, quand Form@PEx a commencé à faire connaître et reconnaître les pratiques efficaces, leur réaction a été d'abord agressive, faisant l'amalgame entre enseignement explicite et enseignement traditionnel. La faiblesse de cet argument n'échappa à personne, cela prouvait surtout que ceux qui l'avançaient n'avaient strictement rien compris à la Pédagogie Explicite.

C'est alors qu'au début de l'année 2016, la coterie constructiviste - après quelques conciliabules qu'on imagine discrets - s'est soudain réveillée pour accaparer le mot “explicite” et le revendiquer comme seule détentrice officielle. Effectivement, il y a bien un hold-up sémantique, commis sans vergogne par des militants constructivistes qui veulent bien enfin parler d’explicite. Mais sans se dédire. Surtout pas...

En toute honnêteté intellectuelle, ils auraient pu en effet reconnaître qu’ils ont eu tort pendant toutes ces années et qu’ils ont fourvoyé les enseignants dans des pratiques absconses, inefficaces bien que généralisées et imposées.

Mais c’étaient trop demander : impossible pour eux d'avouer leurs erreurs et de manger leur chapeau. Alors il leur a fallu prendre le mot explicite et en tordre le sens jusqu’à ce qu’il coïncide avec le système d’apprentissage par découverte... qui est l’exacte antinomie de tout enseignement véritablement explicite.

Alors oui, il s’agit bien d’un hold-up sémantique. Mais pas celui décrit par Goigoux. C'est l'agresseur qui, contre toute évidence, se dit agressé. C'est comme si le malfrat clamait qu'il s'est fait braquer par le banquier !

Le monde constructiviste tourne toujours à l'envers des réalités. Pour eux, le soleil pédagogique se lève toujours à l'ouest.

Pourquoi les amis de Goigoux se sont-ils entichés depuis peu d’enseignement explicite ? La raison en est simple : « La demande adressée aux enseignants par l’institution s’est progressivement déplacée d’une obligation de moyens à une obligation de résultats. (…) Désormais, dans une société où la qualité des apprentissages détermine l’insertion sociale et professionnelle, le professeur est comptable du fait que tous les élèves réussissent à apprendre et maîtrisent un socle commun de connaissances. » Plus moyen de faire passer des vessies pour des lanternes : l’enseignement constructiviste est particulièrement médiocre et définitivement inefficace. Alors il faut tricher et s’approprier les mots d’un enseignement solidement réputé efficace.

Goigoux est bien obligé de reconnaître que le formateur « doit lui-même disposer de connaissances sur les situations pédagogiques “les plus efficaces”, validées par des recherches qui ont mesuré les progrès des élèves entre le début et la fin de l’intervention pédagogique ». Pas moyen d’y échapper désormais, même si Goigoux met des guillemets autour de « les plus efficaces », comme si on pouvait encore douter.

Vient ensuite un passage sur les bonnes pratiques, que Goigoux nomme les « best practises » pour bien montrer leur origine non franco-française. Eh oui, semble-t-il regretter : « Partout dans les pays industrialisés, la focalisation sur les « evidence-based-policy » (politiques éducatives fondées sur la preuve) devient le standard, par le biais d’institutions comme l’OCDE, et pilote de plus en plus le marché de l’évaluation et de l’offre de recherche et de formation. » Il va falloir s’y faire…

Bien sûr, les données probantes fournies en quantité par la recherche sérieuse surtout nord-américaine ne trouvent pas grâce à ses yeux. Pour Goigoux, « derrière cette logique se cache le meilleur et le pire ». Diantre, on voit bien le meilleur mais on a du mal à voir le pire. Celui-ci se cache dans « les dérives d’un pilotage demandant de n’enseigner que ce qui est évaluable ou à rémunérer les enseignants en fonction de leur “efficacité” ». Toujours cette curieuse manie de mettre des guillemets autour du mot efficacité. Bon sang, ouvrez une bonne fois pour toute un dictionnaire et lisez ce qui est écrit à l'article Efficacité, vous aurez ainsi la définition officielle à laquelle tout le monde - à part vous - souscrit.

Continuons la lecture : « Une des missions du formateur est de rendre explicite ces compétences professionnelles pour que les personnels en formation identifient les conditions à réunir pour que “ça marche”. Un lourd travail de recherche est nécessaire pour théoriser ces “réussites en acte” et les transmettre. » Comme si rien n’avait été fait jusqu’à présent pour identifier les pratiques efficaces, pour les modéliser et les théoriser ! On croit rêver...

Mais soyons indulgent : Goigoux reconnaît que « toutes les pratiques ne se valent pas ». Sans blague ? La recherche française soumise à l'idéologie et aux croyances progresserait-elle ?

Autre aveu, dans le paragraphe intitulé “La logique des evidence-based” :
« Les méta-analyses des “Evidence Based” (données fondées sur la preuve) comparent les résultats des recherches pour évaluer celles qui sont jugées “scientifiques” et les synthétisent. Ainsi, en 2011, on a pu conclure que : 
- les démarches fondées sur le tâtonnement ouvert sans guidage s’avèrent peu productives, et moins efficaces que les démarches “d’instruction directe” (approche procédurale).
- mais les démarches d’instruction directe sont moins efficaces que les démarches par résolution guidée par l’enseignant. »
Si ce n’est que les démarches, dès lors qu’elles sont guidées par l’enseignant, sont des démarches explicites, celles que les constructivistes appellent dédaigneusement “instruction directe”. Mais là encore, nous progressons : le tâtonnement est enfin reconnu comme peu productif. Pauvre Freinet lâché par les siens !

Gardons le meilleur pour la fin. Au détour d’un paragraphe, Goigoux admet ceci :
« Certains enfants apprennent bien parce qu’ils maîtrisent les règles du jeu implicite de l’école, le lien entre ce qu’on est en train de faire et ce qu’on apprend. Pour d’autres, les malentendus sociocognitifs font rage lorsque les élèves ne comprennent pas ce qui est en jeu, du point de vue cognitif, et confondent tâche scolaire et apprentissage poursuivi. Les explicitations de ce qu’il y a à apprendre (et pas seulement ce qu’il y a à faire) renforcent la capacité d’autorégulation et d’autonomie. »
Espérons que les formateurs aient au moins retenu ce passage…