Translate

vendredi 3 avril 2015

Les manuels de “pédagogie explicite”




Au début du mois de février dernier, j'évoquais les ravages du constructivisme dans les manuels scolaires. Or, on commence à voir apparaître la mention “explicite” sur les catalogues Écoles 2015 que nous recevons en ce moment. 

Qu'en est-il exactement ?
-o-

Commençons par La Librairie des écoles, dont le catalogue 2015 constitue une ode aux “méthodes explicites” et aux “manuels efficaces” (couverture), avec même un encart central intitulé Qu’est-ce que la pédagogie explicite peut apporter à vos élèves ?. Cet éditeur, qui était franchement nostalgique de l'enseignement traditionnel à ses débuts, semble donc s'être converti à l’enseignement explicite. Tant mieux, pourrait-on croire à première vue. Ou plutôt à courte vue...

Car je dois rappeler, à ceux qui ne le sauraient toujours pas, que La Librairie des écoles est une émanation de SOS-Éducation. Jean Nemo, le fondateur de cette petite maison d'édition, n’est autre que le fils de Philippe Nemo, le maître à penser de cette nébuleuse catho-libérale. La Librairie des écoles, portée sur les fonds baptismaux par SOS-Éducation en 2007, s’est refait une virginité en devenant, en 2010, une filiale des éditions Magnard. 

Est-ce que les liens militants avec la “maison-mère” ont disparu ? On peut sérieusement en douter. Notamment en feuilletant les manuels d’histoire (p 22 du catalogue) où l'on retrouve la ligne idéologique traditionaliste de SOS-Éducation, plus proche de La Manif pour tous que de Condorcet.


Tout cela - on l’aura compris - rend de fait un très mauvais service à la diffusion de la Pédagogie Explicite en France. Puisqu'elle est revendiquée par La Librairie des écoles et SOS-Éducation, on ne s'étonnera pas que les constructivistes - proclamés “progressistes” - en tirent l'argument facile que cette façon d’enseigner est propre aux milieux les plus réactionnaires, à la fois opposés au service public d’éducation et favorables aux écoles hors-contrat, partisans du chèque-éducation et d'un ultra-libéralisme bénéficiant aux nantis et aux élites. 

C'est-à-dire tout l'inverse de la philosophie éducative dont s'inspire la Pédagogie Explicite. Celle-ci est en effet conçue pour offrir un enseignement efficace à tous les élèves, notamment à ceux issus de milieux socio-culturellement défavorisés qui n'ont pour s'instruire que les écoles publiques gratuites de leur quartier. Et c'est cela précisément qui constitue le moteur de mon engagement en faveur de l'Explicite depuis 2006, engagement situé aux antipodes des thèses de SOS-Éducation.

-o-

Passons à présent à une autre maison d'édition, Hachette, où la “pédagogie explicite” a fait cette année son apparition dans le catalogue Écoles 2015, avec une nouvelle collection : Maths explicites. 

Faute d'avoir reçu (comme directeur d'école ou comme webmestre de Form@PEx) un spécimen du manuel du CM1, je me suis donc contenté de consulter les pages 32 à 35 du catalogue.




La présentation des leçons semble tout à fait classique, avec le découpage habituellement utilisé dans tous les manuels. Y compris la partie intitulée “Découvrons ensemble” qui débute chaque leçon ! Malheureusement, cette façon d’aborder les notions n’a rien d’explicite. La pédagogie où on “découvre” est celle des constructivistes. Mes craintes sont confirmées avec l'apparition, pour chaque période, d'une double page de jeux, baptisés “Énigmathiques”. Or, chacun sait que l'approche ludique est un classique des démarches constructivistes. Aïe !

Il est vrai que nombreux sont ceux qui, en matière pédagogique, sont partisans de “mélanger les méthodes”. En croyant prendre le meilleur de chacune. Le problème, c'est qu'il y a des méthodes réputées efficaces, basées sur les données probantes, comme la Pédagogie Explicite, et d'autres méthodes moins efficaces ou inefficaces voire nocives, basées sur des croyances ou une idéologie, comme les démarches soi-disant “actives”. Pourquoi alors mélanger ce qui marche avec ce qui ne marche pas ? Pourquoi ne pas faire directement et seulement ce qui marche ?

Ceci dit, je ne doute pas que les responsables de la collection Maths explicites corrigeront ce défaut dans une prochaine édition. Et pour une fois qu'un grand éditeur fait un effort en direction de l'Enseignement Explicite, il nous faut faire preuve de bienveillance. 

D'autant que celle-ci est très à la mode depuis quelques mois...




Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires reçus n’ont pas tous vocation à être publiés.
Étant directeur de publication de ce blog, seuls les textes qui présentent un intérêt à mes yeux seront retenus.