Translate

vendredi 28 février 2020

Parution : Précis d'ingénierie pédagogique (André Tricot et Manuel Musial)


André TRICOT, Manuel MUSIAL
Précis d'ingénierie pédagogique
De Boeck Supérieur
02.2020
352 p

Entretien avec André Tricot


Votre livre n'est pas un manuel, ou un cours ou un recueil ou une encyclopédie. C'est un “précis”. Que voulez-vous dire par le choix de ce mot ?

On a poursuivi deux objectifs. Le premier, c'est de faire un état de notre positionnement par rapport aux connaissances théoriques. On veut essayer de répondre à la question « Qu'est-ce que concevoir un enseignement » quand on considère qu'enseigner, c'est réussir à faire apprendre aux élèves. Ça fait appel à des domaines scientifiques différents. Et puis on défend un point de vue : l'idée que le métier d’enseignant est un métier de la conception. Les enseignants sont un peu des ingénieurs. On veut relier didactique et pédagogie.

L'ouvrage défend une théorie : celle des 3 actes (l'acte de concevoir, l'acte d'enseigner et l'acte d'apprendre à l'école). Ne prenez-vous pas le risque d'enfermer les enseignants dans quelque chose de prescriptif ?

On a l'ambition contraire. Si on considère qu'enseigner, c'est aussi préparer son cours et que cela relève de l'ingénierie, cela veut dire que chaque enseignant est concepteur d'une situation d'enseignement qui est originale avec à chaque fois des objectifs en rapport avec les caractéristiques de ses élèves et du temps et du matériel dont il dispose. On dit comment utiliser les connaissances pour résoudre ce problème de conception. Mais pour nous c'est le contraire de la procédure.
Pour nous l'enseignant est comme un ingénieur qui construit des ponts sur différents fleuves. Chaque pont est forcément différent. Enseigner c'est concevoir des solutions originales mais en se basant sur des connaissances y compris scientifiques.

Vous dites, et cela fonde le reste du livre, qu'apprendre à l'école c'est différent d'apprendre dans la vie. Quelles différences il y a-t-il ?

Dans la vie on apprend par adaptation et nécessité. On apprend ce dont on a besoin dans la vie de tous les jours. À l'école on apprend des connaissances qui ne seront pas forcément utiles aujourd'hui mais qui prendront sens plus tard.
Du coup quand on enseigne une connaissance pas immédiatement utile on ne fait pas appel à des mécanismes d'adaptation. On va essayer de donner du sens à l'apprentissage. C'est pourquoi la motivation est si importante à l'école. Et c'est une des grandes difficultés du métier.
À l'école on apprend des connaissances qui n'ont pas d'utilité immédiate et pourtant jamais l'école n'a été aussi utile qu'actuellement, jamais le fait d'être diplômé n'a été aussi important.

Parmi les 3 Actes présentés dans l'ouvrage il y a l'Acte d'enseigner qui se décline en 4 processus. Mais dans la classe on est face à du vivant...

C'est une question qu'on se pose depuis des années. Il y a bien ce côté vivant où on réagit aux questions, où on trouve un autre exemple, où on adapte la démarche au dernier moment. C'est important de distinguer cela. Mais la recherche montre que les enseignants qui réussissent le mieux sont ceux qui sont les plus rigoureux dans la préparation de leur cours et les plus souples dans la conduite de la classe.
Les 4 processus que vous évoquez sont mis dans l'ouvrage en correspondance avec les 4 processus d'apprentissage : s'engager, se concentrer, réaliser une tache et apprendre. Si enseigner c'est faire apprendre les élèves, on doit trouver une correspondance entre processus d'apprentissage et processus d'enseignement.

Cet ouvrage est pour les formateurs ?

Il y a 8 ans on avait écrit Comment concevoir un enseignement, un livre écrit pour les enseignants débutants. Mais on s'est rendu compte que les personnes qui parlaient du livre n'étaient pas que des enseignants débutants mais aussi des enseignants aguerris et des formateurs. Ce nouvel ouvrage montre l'état de notre réflexion sur ces questions et son lectorat devrait être lui aussi large. Ce qui m'intéresse, c'est l'échange entre chercheurs et enseignants.

Propos recueillis par François Jarraud


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires reçus n’ont pas tous vocation à être publiés.
Étant directeur de publication de ce blog, seuls les textes qui présentent un intérêt à mes yeux seront retenus.