Translate

jeudi 4 septembre 2014

Livre : L'horreur pédagogique (Morel et Tual-Loizeau)


C’est la même paire d’auteurs du Petit vocabulaire de la déroute scolaire qui avait publié quelques mois auparavant ce livre, dont le titre s’inspirait sans vergogne de L’horreur économique, un essai à grand succès de Viviane Forrester paru en 1996.

Le seul des deux que je connais, c’est Guy Morel. Et je n'en dirai pas plus car on toucherait rapidement le fond. Les initiés comprendront... 

Le livre dont il est question montre à quel point les élèves sont des imbéciles qui ne savent rien. 

À qui la faute ? Certainement pas à ces élèves, mais plutôt aux enseignants qui ne leur ont rien appris, ou pas grand-chose, ou de travers. Se moquer des élèves quand on est collectivement responsable de leurs ignorances et de leurs inaptitudes, c’est faire preuve d’une arrogance mal placée. Mais il est vrai qu’en matière de mépris, Morel n’a de leçon à recevoir de personne.

Tout le monde n’a pas le talent de Jean-Charles et l'humour de sa Foire aux cancres.

______________________________________
Guy MOREL, Daniel TUAL-LOIZEAU
Ramsay, 245 p
09/1999



Franz Xaver Messerschmidt


2 commentaires:

  1. Bonjour
    Enseignante depuis 4 ans, après 10 ans dans la banque, j'ai été horrifiée (le mot n'est pas trop fort) devant l'état de notre école (et de nos élèves). Depuis 4 ans que j'évolue dans mon métier, je n'ai cessé de chercher d'autres "voies" que celle proposée par ma formation après le concours. Il m'a d'ailleurs suffit aussi de faire fonctionner ma mémoire et d'interroger de "vieux" instit! Tout ça pour vous dire que depuis quelque temps, j'ai opté pour la pédagogie explicite. J'avais d'abord trouvé le site de la 3ème voix. Je viens depuis quelque temps sur votre site. Je travaille par ailleurs cette année avec les manuels CE2 et CM1 du SLECC. Je vous remercie pour vos documents, ressources...Votre site est bien utile et mérite d'être connu dans le monde enseignant. Toutefois, je dois vous avouer que je trouve un peu calomnieux vos propos sur M.Morel. Utiliser le mot "arrogance" me paraît déplacé (ou alors j'ai vraiment loupé des écrits qui justifient vos propos). Quoiqu'il en soit, le sujet de l'école et de l'instruction est tellement crucial, qu'il me paraît important de passer outre les querelles stériles particulièrement sur un site de qualité comme le vôtre. M.Morel œuvre tout comme vous pour le bien-être des élèves. Ses écrits, tout comme les vôtres, m'aident à améliorer ma pratique et à obtenir des résultats encourageants avec mes élèves. Je tiens à préciser que je ne le connais nullement!

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour votre message et pour les appréciations favorables sur nos efforts pour faire connaître la Pédagogie Explicite dans le monde francophone.

    Sur Morel, je ne retire strictement rien de mes propos. Et il n’en faudrait pas beaucoup pour que j’en rajoute une couche ! Contrairement à vous, je l’ai pratiqué pendant plusieurs années et j’ai pu l’apprécier à sa vraie valeur. J’ai notamment subi des attaques injurieuses de sa part à plusieurs reprises, notamment sur l’ancien blog de Brighelli aujourd’hui heureusement fermé. Le tout d’un niveau très souvent ordurier. Cela ne s’oublie pas…

    Dans cette querelle sur l’École, je ne me reconnais donc certainement pas dans le même camp que Morel. Ce dernier est partisan à la fois d’un enseignement tout ce qu’il y a de plus traditionnel… et des méthodes Freinet. L’antinomie entre les deux ne le gêne pas, probablement parce que tout cela remonte à l’avant-guerre ou plus exactement, dans son cas, avant la mort de Staline.

    Continuez sur la voie de l’enseignement explicite, vous avez tous mes encouragements !

    RépondreSupprimer

Les commentaires reçus n’ont pas tous vocation à être publiés.
Étant directeur de publication de ce blog, seuls les textes qui présentent un intérêt à mes yeux seront retenus.