Translate

mercredi 11 mai 2016

Scoop : L'Enseignement Explicite déplaît aux constructivistes

L'École nouvelle


Le Café pédagogique se réjouit de la parution d’un numéro de Dialogue consacré à l’enseignement explicite.

N’en soyez pas surpris : il s’agit d’un plaidoyer pour le succédané constructiviste, qui n’a aucun rapport avec la démarche efficace décrite par Barak Rosenshine, le “père” de l’Enseignement Explicite. Pour distinguer les deux, le faux constructiviste et le vrai instructionniste, nous avons pris l’habitude de mettre des majuscules au second (sur l’exemple du Direct Instruction américain).

Qu’est-ce que Dialogue ? Une revue que je ne connaissais pas, comme la plupart des enseignants d’ailleurs. Son tirage doit être étique puisque cette revue s’adresse à quelques initiés… et probablement à toutes les Canopé de France et de Navarre, abonnées obligées (et subvention déguisée).

De quel groupement émane cette revue ? Du GFEN, que la plupart des enseignants ne connaissent pas non plus. Le GFEN est un résidu constructiviste radical, dont les membres doivent aujourd'hui se compter sur les doigts de la main. L’origine du Groupe Français de l’Éducation Nouvelle est plus que douteuse : jusqu’en 1962, il était à la botte du Parti communiste. À la Libération, c’était même un nid de staliniens purs et durs qui n’ont pas hésité à disqualifier sévèrement leur (pourtant) camarade Freinet.

Le GFEN a été de tous les combats foireux pour assurer l'hégémonie du constructivisme sur l’École française. Tout ce qui a échoué lamentablement depuis quarante ans est son affaire. Et ça continue…

Il n’est donc pas étonnant que ce diverticule s’en prenne aujourd’hui à l’Enseignement Explicite qui, peut-on lire, « met l'apprenant sous coupe réglée du maître à penser » (sic). C’est dire le niveau de celui ou de celle qui a écrit cette tirade. Il est habituel que les anciens admirateurs d'un des totalitarismes les plus abjects du XXe siècle se prennent aujourd'hui pour des parangons de progressisme ! Eux qui ont été si clairvoyants se permettent de donner des leçons de démocratie. On aura tout vu...

Dès lors, malgré la présentation favorable faite par le Café pédagogique, cette revue ressemble furieusement à un florilège d’âneries en tout genre, écrites par des gens complètement dépassés et dont l’esprit est manifestement fossilisé. À voir les prénoms des auteurs (Henri, Catherine, Josette…), on est plus près de la génération des yéyés que de celle des perdreaux de l’année. Au GFEN, il semble que, plus qu'ailleurs, on blanchit sous le harnois.

Aussi, laissons à leurs certitudes ces quelques rescapés chenus de l’École “nouvelle”, devenue obsolète et rassie après un siècle d’existence. Involontairement, ils nous donnent la preuve que quand on a le cerveau stratifié par l’âge, on se contente bien souvent de radoter…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires reçus n’ont pas tous vocation à être publiés.
Étant directeur de publication de ce blog, seuls les textes qui présentent un intérêt à mes yeux seront retenus.