Translate

mercredi 3 août 2011

Livre : L'art d'apprendre à ignorer (Xavier Darcos)




Lui-même professeur agrégé, ayant commencé en enseignant au collège et au lycée, Xavier Darcos connaît bien la question scolaire et les problèmes qu’elle soulève. Instructionniste, il rappelle sans ambiguïté qu’« enseigner c’est transmettre » (p 88). C’est pourquoi il est hostile au constructivisme. D’abord celui-ci est inefficace : « Cette discussion n’aurait pas lieu d’être si la voie pédagogique choisie ces dernières années avait démontré sa supériorité par ses résultats. Il n’en est rien » (p 73). Ensuite, Darcos pointe un de ses défauts majeurs : malgré les professions de foi “progressistes” de ses partisans, le constructivisme « accentue des différences sociales, car pour solliciter chez l’enfant son auto-construction, il faut mobiliser en lui les ressources culturelles ou intellectuelles dont il peut déjà disposer. La pédagogie dite “active” favorise donc ceux qui possèdent familialement ou socialement ces ressources » (p 202). C’est cet aspect socioculturel parfaitement inégalitaire qui a vite rendu inacceptables à mes yeux les pratiques pédagogistes. Le comble étant qu’elles étaient (et sont toujours) prônées par des militants se voulant proches du peuple et qui, de fait, obtenaient (et obtiennent toujours) l’inverse de ce qu’ils proclament. La fameuse “École du Peuple” chère à Freinet enfonce les pauvres et favorise les riches. La justification des pédagogues de l’École nouvelle, c’est que « la transmission du savoir est (…) une forme larvée de brimade, de contrainte et de domination, comme si le maître imposait sa volonté à l’esclave, ou le patron à l’ouvrier » (p 92). Discours que tout enseignant de base a maintes et maintes fois entendu. Et dont beaucoup sont maintenant convaincus…

D’autant que la question de l’efficacité est taboue en France. Les constructivistes n’ont pas intérêt qu’elle se pose : la comédie des “désobéisseurs” refusant de faire passer les évaluations nationales à leurs élèves en est un exemple récent. Les traditionalistes non plus : la question de l’efficacité renvoie à une approche de l’école qu’ils jugent “technicienne”, alors que pour eux l’enseignement est un art où la notion de rendement est particulièrement obscène. Cela se traduit également à la rue de Grenelle : « La réflexion sur l’efficacité scolaire n’occupe qu’une place minime, voire dérisoire, bien qu’excipée volontiers. L’organigramme du ministère le démontre au premier coup d’œil : les bureaux qui sont voués à la “mission pédagogique” sont étroits et sans gloire, sortes de placards où l’on relègue des demi-retraités » (p 86).

De fait, il apparaît que le bateau n’est plus dirigé depuis des années parce que ceux qui sont chargés de le piloter ne savent plus où ils doivent aller. L’école devrait transmettre des savoirs et épanouir les enfants. Comme on ne sait pas faire les deux à la fois, on demande aux enseignants de se débrouiller, sachant qu’on pourra toujours leur reprocher soit leur inaptitude à faire apprendre quoi que ce soit à des élèves qui s’ennuient, soit leur tendance à brimer ces pauvres enfants qui viennent à l’école la boule au ventre. En fait, « l’institution se défausse sur les individus : moins elle est capable de dire où elle veut aller, plus elle demande au “terrain” de construire des projets » (p 11). C’est le règne du système D où on voit les enseignants essayer de glaner sur Internet quelques recettes miracles. Et peu importe si tout ce fatras récolté n’a aucune cohérence pédagogique…

Aussi, ne faut-il pas s’étonner du résultat obtenu : « L’enseignement doit produire le pacte social. Or c’est l’inverse qui advient souvent : c’est dans nos écoles que viennent se vider les querelles et s’extérioriser les tares de la société, la violence notamment. Des “grands frères” poursuivent des vendettas familiales jusque dans les salles de classe, agressant les maîtres. Les histrions s’invitent. Les parents négocient les résultats avec les professeurs. Des “espaces citoyens” s’ouvrent à tous les baratineurs. Au gré des opinions ministérielles, on empile des matières nouvelles. » (p 114)

Le constat fait en 2000 était déjà valable dix ans plus tôt. Il l’est toujours dix ans plus tard.

Xavier Darcos a été ministre de l’Éducation nationale de mai 2007 à juin 2009. Françoise et moi l’avions rencontré au ministère lors d’une réunion qui regroupait des gens qui n’avaient pas l’habitude d’être reçus dans ces murs. Nous avions été chaleureusement accueillis.

Suite à cette réunion, Darcos a décidé de nous soutenir, notamment par une subvention conséquente à l’association “La 3e voie…” dont nous étions alors les principaux animateurs.

Notre intervention, lors de la réunion, a permis que préambule des programmes de 2008 comporte la phrase suivante : « C'est en proposant aux élèves un enseignement structuré et explicite (...) qu'on les préparera à la réussite. » Une mention favorable à l’enseignement explicite, venant du ministère, c’était inespéré...



Xavier Darcos
Xavier Darcos


_________________________
Xavier DARCOS
Plon (coll. Tribune libre), 09.2000, 230 p.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires reçus n’ont pas tous vocation à être publiés.
Étant directeur de publication de ce blog, seuls les textes qui présentent un intérêt à mes yeux seront retenus.