Translate

mardi 21 août 2018

Mission « flash » sur les directeurs d’école

Communication de Mmes Valérie Bazin-Malgras et Cécile Rilhac, rapporteures
Assemblée nationale
01.08.2018



Extrait :

La nécessaire revalorisation de la fonction passe par la création d’un statut de directeur

Il est important de donner des moyens aux directeurs mais également de revaloriser leur fonction et de leur apporter la reconnaissance qu’ils attendent.
Nous proposons donc de professionnaliser cette fonction en créant un véritable statut de directeur d’école, avec un recrutement par concours ou une validation des acquis de l’expérience pour les directeurs déjà en poste ainsi qu’une formation initiale et continue. Ce statut pourrait s’inspirer de celui des chefs d’établissement du second degré. 

La formation initiale devra être beaucoup plus solide que l’actuelle afin de préparer les directeurs à l’exercice de leur fonction et d’éviter les craintes que peut susciter l’accroissement des responsabilités. Le renforcement de la formation continue permettra aussi les échanges entre directeurs et le partage de bonnes pratiques.

La grille de rémunération devra les placer dans des indices de points intermédiaires entre leur ancien indice d’enseignants et ceux des chefs d’établissement du secondaire.

Les directeurs accédant à ce statut seraient affectés dans les écoles de dix classes et plus. Ils seraient totalement déchargés de classe. 

À côté de ce statut d’emploi, il conviendrait de clarifier les prérogatives des directeurs dans les textes réglementaires. Sans avoir la faculté d’évaluer les enseignants, ils exerceraient néanmoins une autorité hiérarchique (répartition des classes, autorisations d’absence) et seraient responsables du pilotage pédagogique de l’école en lien avec les différents conseils (des maîtres, de cycle et d’école), en collaboration avec l’inspecteur de la circonscription et en fonction d’une lettre de mission que le DASEN pourrait adresser à chaque directeur pour son école. Les directeurs seraient responsables de la conception et de la mise en œuvre du projet pédagogique de l’école. 

Du fait de leur positionnement, ils auraient un pouvoir de décision accru dans les différents conseils qu’ils président. Ils seraient aussi les garants de la cohésion de la communauté éducative en fédérant les initiatives autour du projet d’école et en pilotant le conseil des maîtres.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires reçus n’ont pas tous vocation à être publiés.
Étant directeur de publication de ce blog, seuls les textes qui présentent un intérêt à mes yeux seront retenus.