Translate

samedi 19 mai 2018

Performance et bien-être des élèves issus de l’immigration : comment se situent les différents pays ? (OCDE)

OCDE : Pisa à la loupe, n° 82
03.2018



Synthèse :

- En 2015, en moyenne dans les pays de l’OCDE, 23 % des élèves de 15 ans étaient nés à l’étranger ou avaient au moins un parent né à l’étranger – soit une hausse de 6 points de pourcentage, en moyenne, depuis 2003.

- En moyenne, dans les pays de l’OCDE, les élèves immigrés de la première génération (soit ceux nés à l’étranger de parents nés à l’étranger) sont moins performants dans les matières scolaires et font part de niveaux plus faibles de sentiment d’appartenance à l’école et de satisfaction à l’égard de la vie, ainsi que d’une plus forte anxiété liée au travail scolaire que leurs pairs non issus de l’immigration. Ces derniers sont en revanche moins nombreux que les élèves immigrés de la première génération à faire part d’une forte motivation à l’idée de réussir.

- La sous-performance scolaire des élèves immigrés est particulièrement marquée en Allemagne, en Autriche, en Belgique, au Danemark, en Finlande, en Islande, au Luxembourg, en Slovénie, en Suède et en Suisse.

- Par rapport à leurs pairs autochtones, les élèves immigrés sont considérablement moins susceptibles de faire part d’un fort sentiment d’appartenance à l’école en Espagne et en République slovaque, et de se dire satisfaits de leur vie en Espagne, en France, au Mexique et en République slovaque, mais considérablement plus susceptibles de faire part d’une forte anxiété liée au travail scolaire en Autriche, en Finlande, au Luxembourg et en Suisse.


Conclusion :

Il apparaît que les systèmes d’éducation, les établissements et les enseignants peuvent jouer un rôle significatif pour aider les élèves issus de l’immigration à s’intégrer dans leur communauté, à surmonter les obstacles et à développer leur résilience sur le plan scolaire, social, affectif et motivationnel. Différentes mesures ont prouvé leurs effets positifs, dont : l’évaluation précoce des compétences en langue et dans d’autres domaines ; l’offre d’une formation linguistique ciblée ; le développement d’un corps enseignant sensibilisé à la question de la diversité et en mesure d’apporter son soutien à l’ensemble des élèves ; l’offre d’une aide supplémentaire aux élèves et aux établissements défavorisés ; la mise en œuvre de programmes efficaces de lutte contre le harcèlement ; la garantie de l’accès et de la participation à des activités extrascolaires ; et l’engagement des parents – autant de dispositifs susceptibles d’améliorer le bien-être des élèves issus de l’immigration, sous tous ses aspects.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires reçus n’ont pas tous vocation à être publiés.
Étant directeur de publication de ce blog, seuls les textes qui présentent un intérêt à mes yeux seront retenus.