Translate

jeudi 7 juillet 2016

Évaluation numérique des compétences du socle en début de 6e : des niveaux de performance contrastés selon les académies (MEN-DEPP)

 Auteurs : Sandra Andreu, Linda Ben Ali, Thierry Rocher
Note d'information, n° 18
06.2016





L’essentiel

Au niveau national, les éléments nécessaires à l’acquisition de la « maîtrise de la langue » (compétence 1) sont correctement assimilés par 82,1 % des élèves entrant en sixième. De moins bons résultats sont observés concernant les « principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique » (compétence 3), avec un score de 71,6 %.

Avec une proportion de maîtrise de 86,0 %, les filles dépassent de 8 points les garçons (78,4 %) en maîtrise de la langue. Cet écart n’apparaît pas dans le domaine des mathématiques et des sciences : environ 72 % des élèves de sixième maîtrisent cette compétence, quel que soit leur sexe.

À la rentrée 2015-2016, environ 14 % des élèves scolarisés en classe de sixième, y compris en SEGPA et classes spécifiques, sont en retard. La différence du taux de maîtrise entre eux et ceux dits “à l’heure” est de plus de 40 points quelle que soit la compétence.

Les élèves de sixième scolarisés dans le secteur privé ont une meilleure maîtrise des compétences évaluées que ceux du secteur public hors éducation prioritaire. Cet écart doit toutefois être relativisé, car le secteur privé accueille proportionnellement plus d’élèves très favorisés socialement que le secteur public.

Les élèves accueillis dans les établissements publics appartenant à un REP+ ont des lacunes particulièrement importantes. La différence de maîtrise avec les collégiens scolarisés dans des établissements publics hors EP est de plus de 20 points en compétence 1 (59,8 % contre 83,2 %) et de près de 30 points en compétence 3 (44 % contre 73,1 %).

Parmi les élèves les plus favorisés socialement, les taux de maîtrise des compétences avoisinent 90 %. Chez les plus défavorisés, ils sont respectivement de 68,9 % et de 54,7 %, pour la compétence 1 et la compétence 3.

La comparaison des performances entre les académies montre que les difficultés sont plus prononcées dans le Nord et dans les DOM. Cette configuration se rapproche des résultats observés lors des évaluations en lecture ou en mathématiques réalisées à l’occasion de la Journée Défense et Citoyenneté (JDC).


L’infographie

Lien entre la performance (compétence 1) et l’équité

Cliquer pour agrandir

L’équité est appréhendée à travers les écarts de performances observés entre les élèves les plus favorisés socialement et les élèves les plus défavorisés. Le croisement entre la performance (axe vertical) et l’équité (axe horizontal), telle que mesurée par l’écart de score entre les deux groupes opposés socialement montre que certaines académies affichent de faibles performances ainsi qu’un faible degré d’équité (Rouen, Reims, Créteil, Lille) tandis que d’autres académies parviennent à combiner performance et équité (en particulier les académies de Rennes et de Grenoble).


Repères

Les indicateurs LOLF pour l’évaluation des compétences du socle
En maîtrise de la langue (compétence 1), quatre domaines enseignés sont représentés : la lecture, l’orthographe, la grammaire et le vocabulaire. En ce qui concerne les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique (compétence 3), les quatre domaines enseignés en mathématiques (nombres et calcul, géométrie, grandeurs et mesures, organisation et gestion de données) sont représentés ; et en sciences, les domaines évalués sont les éléments de connaissances de la pratique d’une démarche scientifique, le ciel et la Terre, la matière, l’énergie, les objets techniques, l’unité et la diversité du vivant, le fonctionnement du vivant, le fonctionnement du corps humain, les êtres vivants dans leur environnement et les objets techniques.

L’enquête SOCLE conduite à la rentrée 2015
L’évaluation a porté sur 160 000 élèves de sixième, y compris en sections d’enseignement général et professionnel adapté (SEGPA) ou en classes spécifiques (CLA, ULIS), dans plus de 4 000 collèges publics et privés sous contrat en France métropolitaine et dans les DOM, hors Mayotte. En mesurant les acquis d’environ un élève de sixième sur cinq, dans près de deux tiers des collèges de France, elle permet de décliner un ensemble d’indicateurs de résultats au niveau de chaque académie. Dans chacune d’entre elles, l’échantillon permet d’assurer la représentativité selon plusieurs critères (secteur, retard, origine sociale, etc.). Le nombre d’élèves sélectionnés par académie (en moyenne 5 400) a été déterminé de manière à garantir un intervalle de confiance de + ou – 2 points de pourcentage, dans les académies de France métropolitaine. La passation s’est entièrement faite sur ordinateur avec une application dédiée en ligne.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires reçus n’ont pas tous vocation à être publiés.
Étant directeur de publication de ce blog, seuls les textes qui présentent un intérêt à mes yeux seront retenus.