Translate

mardi 8 décembre 2015

L’utilisation pédagogique des dotations en numérique (équipements et ressources) dans les écoles (IGEN)

Auteur : Jean‐Pierre Delaubier
Rapport 2015-070
07.2015



Résumé :

Un premier constat s’impose : celui de la faible utilisation des outils numériques dans le quotidien des classes en 2015. La première cause de cette situation est évidemment d’ordre matériel. Dans beaucoup d’écoles, les équipements sont insuffisants et souvent vétustes. Elles disposent, en moyenne, d’un ordinateur récent pour 17 élèves en élémentaire et d’un pour 55 élèves en maternelle. De plus, la répartition de ces équipements est très hétérogène.  

Si la présence du numérique est faible dans la classe, les professeurs des écoles sont des utilisateurs du numérique dans leur pratique professionnelle hors de la classe : ils cherchent leur documentation sur Internet, ils organisent, planifient et préparent leur enseignement sur leur ordinateur. Ils gèrent et évaluent leurs élèves en ayant recours à des outils numériques.

Par ailleurs, une évolution s’amorce. Depuis quelques années, le nombre de vidéoprojecteurs a considérablement progressé. Majoritairement, les maîtres ont pris conscience des possibilités de cet outil pour introduire massivement des documents de toutes natures ou des supports visuels et audiovisuels, mais aussi pour agir sur ces supports grâce à l’interactivité de certains équipements (TBI, VPI ou autres).

En revanche, l’usage d’un ordinateur ou d’une tablette par l’élève lui‐même est encore peu fréquent et trop souvent limité à des activités orientées vers la seule acquisition des savoir‐faire validés par le brevet informatique et Internet (B2I).

De nombreux enseignants rencontrés au cours de la mission ont cependant intégré à l’organisation de leur classe l’utilisation quotidienne de ces matériels, souvent associée à celle d’un TBI ou vidéoprojecteur ordinaire. Les pratiques observées, dans leurs classes, révèlent des potentialités qui répondent à des besoins fondamentaux de l’école et des élèves :
– l’apport spécifique du numérique dans chaque domaine d’apprentissage, qu’il s’agisse de l’acquisition du langage en maternelle, de l’accès à la lecture et à l’écriture tout au long du parcours primaire, d’une conception dynamique de la géométrie ou de la géographie, de la maîtrise du calcul, de la rencontre des œuvres d’arts, de la création visuelle et sonore, des contenus et démarches scientifiques ou historiques ou encore de la pratique d’une langue vivante ;  
– la possibilité, grâce au numérique, d’adapter et de personnaliser les parcours d’apprentissage, y compris pour les élèves en situation de handicap ;  
– le développement de nouveaux modes d’accès à l’information et de construction du savoir plaçant les élèves en position de construire les contenus individuellement ou collectivement dans des démarches collaboratives ;  
– la mise en place d’un environnement permettant à chaque élève de travailler en autonomie, y compris hors de la classe, en particulier dans le cadre de la mise en place d’un ENT ;
– la possibilité d’associer les parents et de coopérer avec eux dans le suivi du travail personnel de leur enfant.  

Le développement et l’extension de ces pratiques suppose au moins que trois conditions soient satisfaites : l’équipement de l’ensemble des écoles, un accès fluide aux ressources nécessaires et la réponse à l’attente de formation exprimée de manière répétée par les interlocuteurs rencontrés.

Ces constats ont conduit l’inspection générale à proposer six axes de préconisation qui sont développés à la fin du rapport :
– faire du numérique une réelle priorité pédagogique ;
– garantir sur tout le territoire un équipement de base dans toutes les écoles ;
– renforcer le pilotage à tous les niveaux ;
– mobiliser les moyens de formation en conciliant l’exigence d’une impulsion forte et la nécessité de réponses différenciées ;
– offrir à chaque école un espace numérique de travail répondant aux besoins des maîtres et des élèves ;
– donner accès à un ensemble de ressources ouvert et coopératif.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires reçus n’ont pas tous vocation à être publiés.
Étant directeur de publication de ce blog, seuls les textes qui présentent un intérêt à mes yeux seront retenus.