Translate

samedi 12 décembre 2015

Lecture sur support numérique en fin d'école primaire : un peu plus d'un élève sur deux est capable d'accéder à l'information et de la traiter (MEN-DEPP)

Auteurs : Linda Ben Ali, Djamila Leveillet, Sébastien Pac, Jean-Marc Pastor et Jean Schmitt
Note d'information, n° 42
11.2015



L’essentiel

Près de six élèves de CM2 sur dix sont « entrés » dans la lecture sur support numérique : ils sont capables d’accéder à l’information, puis de la traiter. Les élèves les plus performants maîtrisent la navigation dans un espace informatif varié : manipulation de l’interface, compréhension de l’organisation hiérarchique ou en réseau du corpus d’informations, recherche adaptative et critique de renseignements, lecture sélective et compréhension des informations disponibles, mise en relation d’indications partielles. Ce sont des lecteurs accomplis qui construisent activement leurs parcours de lecture.

À l’opposé, quatre élèves sur dix éprouvent des difficultés à parcourir un site Internet, notamment pour identifier les rubriques pertinentes et accéder à l’information en autonomie. Ils sont gênés par l’organisation spatiale des textes à l’écran, parviennent à prélever une information explicite lorsqu’elle est rapidement disponible, dans un court texte ou un document peu complexe présenté en page d’accueil. Au-delà des difficultés de mémorisation et d’attention, ces fragilités traduisent un moindre usage des outils informatiques ou des pratiques numériques peu efficientes pour accéder au savoir.

Le score moyen des filles est supérieur de 5 points à celui des garçons, tandis que sept élèves « en retard » sur dix se trouvent en grande difficulté de lecture sur support numérique (- 31 points de score par rapport aux élèves « à l’heure »). Enfin, le score des écoles présentant l’indice de position sociale le plus faible est inférieur de 17 points à celui des écoles dont l’indice social est le plus fort, confirmant que les écarts de performance scolaire face au numérique sont socialement différenciés.


Repères

Qu’est-ce que l’évaluation nationale de « lecture sur écran » ?
Les technologies de l’information et de la communication numériques apportent une nouvelle dimension à l’acte de lecture et modifient la nature des compétences mises en jeu dans les activités informationnelles. On constate en effet que la maîtrise de la lecture sur support numérique requiert l’acquisition d’habiletés spécifiques pour accéder, sélectionner, comprendre et exploiter les contenus multimédias. Le socle commun de connaissances, de compétences et de culture rappelle que l’élève doit maîtriser les outils de l’informatique, du multimédia et d’Internet, en utilisant de façon plus réfléchie et plus efficace les techniques numériques qui irriguent désormais tous les champs de notre société.
L’évaluation de « lecture sur écran » mesure les acquis d’un échantillon représentatif d’élèves de CM2 auxquels est proposée la lecture de documents multimédias variés (sites Internet, blogs, ou portails thématiques) comportant une segmentation adaptée de textes, de liens hypertextes et d’animations.

Quelles sont les compétences spécifiques évaluées dans la lecture sur écran ?
Outre les capacités à sélectionner, extraire, analyser et utiliser les informations, l’évaluation considère la « lecture » dans un sens large incluant l’accès, la compréhension et l’usage de l’information.
Les compétences explorées pour cerner les acquis des élèves sont :
-    prélever de l’information en naviguant au sein d’un document, que ce soit de manière explicite ou par inférence ;
-    mettre en relation, analyser, synthétiser en s’appropriant des informations contenues dans les pages d’un même site ou de plusieurs sites ;
-    opérer des sélections en évaluant la pertinence thématique de l’information ou en jugeant de la qualité de l’information.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires reçus n’ont pas tous vocation à être publiés.
Étant directeur de publication de ce blog, seuls les textes qui présentent un intérêt à mes yeux seront retenus.