Translate

mercredi 26 août 2015

Les soutiers du Primaire



Le 24 août, le SNUipp a publié un document intitulé L’école primaire et ses enseignants – Une priorité toujours à investir. Voici ce que j’en tire des pages 44 à 49 :
« Les enseignants appartiennent à la catégorie A des fonctionnaires (cadres de la fonction publique) et leur rémunération apparaît faible à plusieurs égards. Elle est inférieure de 35% à celle d’un cadre non enseignant, essentiellement en raison d’un montant de primes plus faible. Les enseignants français gagnent 15% à 20% de moins que leurs homologues des états membres de l’OCDE en début comme en milieu de carrière ».
Extrait d'un rapport de la cour des comptes de mai 2013


Comparatif du salaire statutaire mensuel dans les établissements publics de quelques pays, enseignants du primaire (2012)


Source : Regards sur l'éducation 2014 OCDE
Les données initiales sont en dollars convertis en euros sur la base des Parités de Pouvoir d’Achat.



Pour la grande majorité des enseignants du premier degré, le salaire a baissé sous l'effet de l'augmentation des cotisations retraites (sans compter les effets du gel du point d'indice depuis 2010).


Comparaison des salaires des professeurs des écoles, à plusieurs moments de la carrière (en euros nets) - années 2013, 2014 et 2015

Cliquer pour agrandir



Les différences Primaire / Secondaire


Sources : SNUipp-FSU / bilan social du MEN 2012-2013

Les professeurs des écoles du premier degré ont une rémunération toujours inférieure à celle des professeurs certifiés du second degré. Ainsi, ils perçoivent en moyenne 349 euros de moins par mois et la création d'une indemnité annuelle pour les enseignants du premier degré (ISAE) ne suffit pas à compenser cette différence.

Cet écart de rémunération s’explique par :
- Les indemnités, dont les montants sont plus élevés pour les enseignants du second degré.
- L’accès à la hors-classe, une proportion plus importante d’enseignants du second degré y accédant.
- Les heures supplémentaires, qui sont trois fois plus importantes pour les enseignants du second degré.

NB : La grille des rémunérations (salaire de base) des enseignants des premier et second degrés étant identique.


Le salaire de base

Comme tous les agents de la fonction publique, le traitement de base des professeurs des écoles est calculé à partir de la valeur du point d’indice. Celui-ci est gelé depuis le 1er juillet 2010 et le gouvernement a annoncé qu'il serait gelé jusqu'en 2017, creusant ainsi la perte de pouvoir d’achat depuis 2000.

Les indemnités : comparatif entre l’ISAE (Indemnité de suivi et d’accompagnement des élèves dans le premier degré) et l’ISOE (Indemnité de suivi et d'orientation des élèves dans le second degré)

Depuis la rentrée 2013, les enseignants du premier degré perçoivent une indemnité de suivi et d'accompagnement des élèves de 400 euros brut par an (soit en net, 330 euros par an / 27 euros par mois). Si cette mesure est positive, son montant reste très en deçà des 1200 euros brut par an de l'ISOE.
De plus, certains enseignants (tels que les conseillers pédagogiques, enseignants référents, animateurs TICE ou Langues, coordonnateurs en Éducation prioritaire, en congé longue maladie, en congé longue durée, …) sont écartés du versement de cette indemnité.

Dans le second degré, l'ISOE est perçue par tous les enseignants. Elle se compose d'une part fixe (100 euros par mois) versée à tous les professeurs et d'une part modulable versée aux seuls professeurs principaux soit 266 000 professeurs principaux (en moyenne, 117 euros par mois).

L’accès à la hors-classe

L’intégration à la hors classe est plus rapide chez les professeurs certifiés car le contingent proposé par le ministère est plus important (7 %) pour cette catégorie de personnel.

Malgré une augmentation progressive du taux de passage à la hors classe de 2 % en 2012 à 4,5 % en 2015, qui a permis à plusieurs milliers d’enseignants du premier degré d’accéder à la hors classe avant de partir en retraite, le différentiel avec le second degré subsiste.

En 2014, 47% des enseignants du premier degré partant à la retraite avaient atteint la hors classe alors que ce taux était de 82 % pour les enseignants du second degré.

Bien que la ministre s’y soit engagée, aucun calendrier n’est fixé pour aller, a minima, vers un alignement sur le ratio de 7 % des enseignants du second degré.

Les heures supplémentaires

Dans le premier degré, les heures supplémentaires se chiffrent à 34,4 M d’euros, soit 0,17 % de la masse salariale.

Le nombre d’heures supplémentaires effectuées par les enseignants du second degré représente plus de 6 millions d'heures (HSE et HSA) et se chiffre à plus de 1 000 M d’euros soit 3,3 % de la masse salariale.

Les heures supplémentaires effectives (HSE) ne sont pas rémunérées au même taux dans le premier et le second degré :
- Le taux horaire est de 24,28 euros pour un professeur des écoles classe normale (stage de remise à niveau ou accompagnement éducatif…) ;
- Le taux horaire est de 37,36 euros pour un professeur certifié classe normale.

Départ à la retraite : 

à quand l’égalité pour les enseignants des écoles ?


Les professeurs des écoles sont soumis à la contrainte de ne pas pouvoir faire valoir leur droit à la retraite en cours d'année scolaire : ils doivent systématiquement prolonger leur activité jusqu'au 31 août soit parfois près de douze mois au-delà de l'ouverture légale de leur droit à pension.

Tant au niveau de la Fonction publique que de l’Éducation nationale, les enseignants des écoles font figure de cas à part. Ils sont les seuls à être concernés par une telle mesure restrictive et subissent de fait un régime discriminatoire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires reçus n’ont pas tous vocation à être publiés.
Étant directeur de publication de ce blog, seuls les textes qui présentent un intérêt à mes yeux seront retenus.