Translate

lundi 16 février 2015

Rapport du jury de la Conférence nationale sur l'évaluation des élèves






Le rapport du jury de la Conférence nationale sur l’évaluation des élèves a été rendu le 13 février 2015. Placé sous la présidence d'un directeur de recherche au Commissariat à l’énergie atomique (dans l'espoir d'un rapport explosif ?), ce jury hétéroclite était composé de 30 membres venus de tous les horizons, surtout de ceux hostiles à la notation chiffrée. Et, comme d'habitude, on n'a pas demandé son avis au courant de la Pédagogie Explicite...

Le rapport formule 7 recommandations dont j’ai extrait l’essentiel ci-dessous. Comme vous le verrez, les propositions ne cassent pas trois pattes à un canard. Le battage médiatique pour pas grand chose est une spécialité de l'Éducation nationale depuis des années. D'autant que la plupart des recommandations se réfèrent à ce que nous faisons déjà dans les classes. Nous n’avons pas attendu cette conférence nationale pour réfléchir au meilleur moyen d’évaluer les apprentissages de nos élèves.

Pourtant que de discours sur la “bienveillance” à l'École à la fin de 2014 ! À tel point que chacun avait conclu que les professeurs étaient par nature malveillants avec les élèves. Surtout en matière d'évaluation.

Mais depuis les 17 morts du mois de janvier 2015, la “bienveillance” a été mise en sourdine. Les plus hautes autorités de l'État ont subitement pris conscience qu'il fallait reprendre en main l'École. Il s'agit désormais de faire de nos jeunes élèves des individus ayant un sens moral et civique élevé, et non des abrutis aux esprits vides et malléables. Du coup, on évoque à nouveau les démarches transmissives, les notes chiffrées et l'autorité des enseignants. Pour combien de temps ? Parions que, l'émotion retombée, on reviendra très vite aux démarches par découverte réputées plus “bienveillantes” et “progressistes”. En oubliant que l'École constructiviste, parce qu'elle est inefficace, laxiste et sans rigueur, est incapable de former les citoyens instruits et éclairés dont notre démocratie a tant besoin.

Des propositions de ce jury, retenons néanmoins la première recommandation qui entend associer la recherche aux pratiques d’évaluation. Chiche ! Ce serait une première de tenir compte, en formation des professeurs, de la recherche (sérieuse et objective) et non de l'idéologie ou des croyances.

De la même manière, l’idée que la notation ait une place et un rôle semblable dans toutes les écoles de France (recommandation n° 3) me paraît très intéressante. On peut toujours rêver d'un cadre national utile et surtout utilisable…

En revanche, je passe sous silence les allusions complaisantes au “contrat de confiance” d’Antibi. Décidément,  le roi de la “constante macabre” est non seulement insubmersible, mais il parvient toujours à émerveiller les naïfs avec des affirmations péremptoires dénuées de tout fondement scientifique. Les élucubrations d'Antibi sont les invitées incontournables de tous les débats sur l'évaluation. Chapeau l’artiste !

Voici donc ce qu'il faut retenir des 7 recommandations du jury de la Conférence nationale sur l'évaluation des élèves :


Recommandation n° 1 : À propos de la formation des professeurs
« Le jury recommande que les résultats les plus significatifs de la recherche sur ces questions soient systématiquement présentés aux enseignants au cours de leur formation initiale et tout au long de leur carrière. Il conviendrait même d’engager et de développer le dialogue entre eux et les chercheurs, voire des collaborations autour d’expérimentations, afin de mettre sur pied des pratiques s’appuyant sur ce que les travaux des chercheurs ont déjà permis d’objectiver. »
Recommandation n° 2 : À propos des modes d’évaluation en phase d’apprentissage
« Le jury recommande que soient pratiquées ces deux formes complémentaires d’évaluation [formative et sommative], mais il juge qu’elles ne doivent pas se contaminer l’une l’autre, et encore moins se mélanger. Si un élève réalise une mauvaise « entrée en matière », celle-ci ne devrait pas peser sur l’évaluation finale de ses acquis dès lors qu’il finit par parfaitement atteindre les objectifs qui lui avaient été assignés. »
Recommandation n° 3 : À propos de la place et du rôle de la notation chiffrée
« La première proposition du jury (30 voix pour, 1 abstention) est que, dans un souci à la fois d’égalité et d’harmonisation, la place et le rôle de la notation soient semblables dans tous les établissements et écoles du territoire national. »
« La deuxième proposition du jury (27 voix pour, 4 voix contre) consiste à généraliser l’abandon de la notation chiffrée tout au long des cycles 1, 2 et 3, classe de sixième comprise, et à la remplacer par un autre type de codage reflétant la situation de l’élève dans le cadre d’une évaluation formative de ses compétences (on utilisera par exemple des échelles de performance). Mais quelle que soit la forme qu’on choisira de leur donner, les évaluations devront quantifier un niveau de réussite avec plus de finesse que le tout ou rien : elles consisteront d’une part en une mesure, d’autre part en un message. C’est pourquoi le jury recommande qu’elles soient toujours accompagnées de commentaires qualitatifs qui leur donnent du sens et qui indiquent des pistes d’amélioration. »

Recommandation n° 4 : À propos de la communication avec les familles
« Afin de permettre à tous les parents de mieux saisir les modalités d’évaluation de leurs enfants, le jury recommande que les méthodes et les critères utilisés leur soient clairement expliqués grâce à une communication spécifique et adaptée à la diversité des familles. »
Recommandation n° 5 : À propos de la politique d’évaluation dans les écoles et les établissements scolaires
« Le jury recommande donc d’impliquer en amont les représentants de la communauté éducative dans une définition commune, explicite et cohérente des modalités d’évaluations proposées. »
Recommandation n° 6 : À propos de l’orientation des élèves
« Le jury recommande que ces compétences fondées sur les intérêts propres de l’élève et associées à d’autres démarches telles que la recherche documentaire, des stages en dehors de l’école ou des entretiens avec des membres de l’équipe éducative soient répertoriées afin de favoriser et d’éclairer ses choix d’orientation. »
Recommandation n° 7 : À propos du diplôme national du brevet
« Le jury propose de retenir, pour l’essentiel, les recommandations du Conseil Supérieur des Programmes. »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires reçus n’ont pas tous vocation à être publiés.
Étant directeur de publication de ce blog, seuls les textes qui présentent un intérêt à mes yeux seront retenus.