Translate

vendredi 12 septembre 2014

Le dispositif « plus de maîtres que de classes » : projet et mise en œuvre pédagogique (IGEN-IGAEN)

Auteurs : Yves Cristofari, Viviane Bouysse, Roger Chudeau, Gabrielle De Groer, Jean-Louis Durpaire, Marie-Hélène Lelou, Rémy Sueur, Patrice Bresson
Rapport n° 2014-031
06.2014



Voilà encore un dispositif adopté bien qu'il n'ait pas été validé par la recherche. L'Éducation nationale privilégie les effets d'annonce à l'efficacité réelle sur le terrain. C'est devenu une habitude...

Extrait (p 51-52) :
« Comme on l’a vu dans la première partie de ce rapport, en l’absence d’expérimentation, la question posée par les différents interlocuteurs de la mission issus de la recherche, influencés par les expériences étrangères de la réduction des effectifs et par l’expérience française des CP allégés, est celle de l’effet produit par le maître supplémentaire, en considérant avant tout son incidence sur l’amélioration du taux d’encadrement.
L’approche du sujet par ce biais permet de dégager un certain nombre de points qui font consensus. Tout d’abord on note cette conviction que la concentration des moyens constitue un élément positif. Cet effet bien entendu se réduirait si le maître supplémentaire était amené à intervenir sur un nombre trop élevé de classes.
Denis Meuret dit d’attendre davantage des effets résultant de la réduction de la taille des classes qu’à ceux attendus de l’ajout d’un maître, même s’il considère que ce peut être un moyen de mieux tenir la classe, d’atténuer les perturbations et de favoriser l’attention des élèves. Ce chercheur, se référant aux expériences étrangères, notamment nord-américaines, considère que les effets positifs liés à l’apport d’un maître supplémentaire ne sont pas avérés [mis en gras par moi].
Dans le cas des États-Unis, il concède néanmoins que les aides adjoints aux maîtres n’étaient pas des professeurs qualifiés. Dans le cas du Québec, il indique le fait qu’il s’agit de personnels spécialisés travaillant de manière étroite avec les enseignants.
C’est d’abord au prisme des conséquences de la réduction des effectifs que l’effet du maître supplémentaire est abordé par ces chercheurs. Une telle approche, en ce qu’elle privilégie la réduction de la taille des classes, conduit nombre de ceux qui ont été rencontrés à exprimer réserves et prudence quant à la manière dont devrait se positionner le maître supplémentaire [mis en gras par moi]. »


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires reçus n’ont pas tous vocation à être publiés.
Étant directeur de publication de ce blog, seuls les textes qui présentent un intérêt à mes yeux seront retenus.