Translate

jeudi 26 juin 2014

Rapport d’information sur les ÉSPÉ (Sénat)

Rapport d'information n° 579 (2013-2014) de M. Jacques-Bernard MAGNER, fait au nom de la commission de la culture, de l'éducation et de la communication
04.06.2014


Sénat 

Extrait 1 :
L’intervention accrue des professionnels de terrain dans les cursus de formation aura d’autant plus d’effet que ceux-ci auront été formés. La question de la formation des formateurs devra être prise à bras le corps par les universités et par l’éducation nationale pour garantir la pérennité et la qualité de la formation professionnelle dispensée dans les ÉSPÉ.
De la même manière qu’enseigner est un métier qui s’apprend, former est également un métier qui s’apprend. Pour l’instant, les intervenants issus de l’éducation nationale sont généralement recrutés sur la base de leur seule expertise d’enseignement. On peut partager le scepticisme de Sophie Genelot lorsqu’elle estime qu’« il ne suffit pas d’être un bon professeur repéré par les corps d’inspection pour être un bon formateur. » Aussi importante soit l’expertise d’enseignement, « elle ne peut suffire à intervenir auprès d’étudiants des masters Enseignement, si ce n’est seulement sous la forme d’une transmission de "bonnes pratiques" - ou plus exactement de pratiques conformes aux exigences institutionnelles du ministère - à laquelle pourrait se réduire leur intervention, qui s’apparenterait à un compagnonnage insuffisamment distancié. »


Extrait 2 :
Il convient de définir le type de recherches qui peuvent être utilement intégrées aux parcours MEEF. À l’évidence, il s’agit de mettre le futur enseignant dans une posture d’analyse critique et de lui permettre de devenir un praticien réflexif autonome capable de s’adapter aux publics particuliers d’élèves qui lui seront confiés au cours de sa carrière. En résumé, la recherche axée sur les pratiques et les activités dans la classe est la plus utile.
Toutes les conditions ne semblent pas réunies pour la diffusion de la recherche en sciences de l’éducation dans les masters MEEF. En particulier en M 1, la préparation des concours formate considérablement la formation. Les étudiants eux-mêmes sont les premiers à s’inquiéter de tout module ou cours qui ne serait pas directement utile pour passer les épreuves du concours.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires reçus n’ont pas tous vocation à être publiés.
Étant directeur de publication de ce blog, seuls les textes qui présentent un intérêt à mes yeux seront retenus.