Translate

mardi 3 décembre 2013

PISA 2012 : Analyse des résultats en compréhension de l'écrit et en culture scientifique par la DEPP

L’évolution des acquis des élèves de 15 ans en compréhension de l’écrit et en culture scientifique - Premiers résultats de l’évaluation internationale PISA 2012

Auteurs : Ginette Bourny, Sylvie Fumel, Saskia Keskpaik et Bruno Trosseille
Note d'information, n° 13.30
12.2013


Les scores moyens obtenus par les élèves de 15 ans en compréhension de l’écrit et en culture scientifique sont en moyenne équivalents en 2012 à ceux des précédentes éditions de PISA. On observe cependant une bipolarisation accrue des résultats français en compréhension de l’écrit : la part des élèves des niveaux les plus faibles et celle des élèves des niveaux les plus élevés augmentent de façon significative entre 2000 et 2012, alors que cet écart a tendance à diminuer dans l’ensemble des pays de l’OCDE.


L'essentiel

Conduite en 2012 dans les 34 pays membres de l’OCDE et dans 31 pays ou « économies partenaires », l’enquête PISA mesure les performances d’un échantillon représentatif de 5 700 élèves de 15 ans scolarisés dans les collèges et lycées français. Comme lors de l’édition 2003, la culture mathématique constitue le domaine majeur de l’évaluation 2012, tandis que la compréhension de l’écrit et la culture scientifique font l’objet de questionnaires moins importants.

Avec un score moyen de 505 en 2012, les résultats de la France en compréhension de l’écrit montrent une grande stabilité. Pour la première fois depuis le lancement de l’enquête PISA en 2000, ce résultat permet toutefois à la France de dépasser la moyenne des pays de l’OCDE.

La part des élèves français en difficulté passe de 15,2 % à 18,9 % entre 2000 et 2012, alors que sur la même période la part des faibles niveaux diminue légèrement dans la moyenne des pays de l’OCDE. Parallèlement, la proportion d’élèves dans les hauts niveaux passe de 8,5 % à 12,9 % alors qu’elle reste stable dans la moyenne des pays de l’OCDE.

Cette tendance au « grand écart » sur l’échelle des compétences s’observe également entre les sexes. Depuis 2000, la différence entre les scores moyens des filles et des garçons augmente en France de 15 points en faveur des filles, contre 6 points seulement dans la moyenne des pays de l’OCDE.

Avec un score de 499 en culture scientifique, les résultats de la France sont stables et se situent dans la moyenne des pays de l’OCDE. La seule différence significative réside dans le fait qu’on compte en France davantage d’élèves de niveau très faible.


Chiffres-clés

65
C’est le nombre de pays ayant participé à PISA 2012, dont les 34 pays de l’OCDE
19 %
C’est la proportion d’élèves en difficulté en compréhension de l’écrit et en culture scientifique
13 %
C’est la part des élèves français aux plus hauts niveaux de compétence en compréhension de l’écrit
8 %
C’est la part des élèves français aux plus hauts niveaux de compétence en culture scientifique


L'infographie

Répartition des élèves français dans les niveaux de compétence en compréhension de l’écrit PISA 2012 (en %)

Note de lecture : en compréhension de l’écrit, les groupes d’élèves obtenant les scores les plus faibles sont proportionnellement plus importants que dans la moyenne des pays de l’OCDE. C’est l’inverse pour les groupes d’élèves obtenant les scores les plus élevés.

Répartition des élèves dans les niveaux PISA de culture scientifique en France et dans l'OCDE en 2012 (%)



Note de lecture : en culture scientifique, les résultats de la France sont dans la moyenne de l'OCDE. Seule la proportion d'élèves de niveau très faible (sous le niveau 1) est légèrement supérieure à celle de l'OCDE.


Repères

Qu’est ce que le Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) ?
Conduite sous l’égide de l’OCDE, PISA évalue la capacité des jeunes à utiliser les acquis de leur scolarité obligatoire dans la vie courante. Ses résultats sont considérés comme des indicateurs de la performance des systèmes éducatifs et permettent d’établir des comparaisons internationales. La mise en œuvre de procédures standardisées d’enquête, sous la responsabilité du ministère de l’éducation nationale, permet de garantir la comparabilité des résultats : désignation de responsables de l’enquête dans chaque établissement, respect des consignes de passation, contrôles, etc. Les questionnaires traduits dans 45 langues différentes sont proposés aux élèves de tous les pays participants.

Quelles sont les connaissances et compétences évaluées ?
Les élèves ne sont pas évalués sur des connaissances et compétences au sens strict, mais sur leur capacité à les mobiliser et à les appliquer dans des situations variées, parfois éloignées de celles rencontrées dans le cadre scolaire. Les épreuves proposées résultent d’un compromis au niveau international sur ce qui est considéré comme nécessaire au futur citoyen. Le programme PISA ne mesure donc pas directement le degré d’atteinte des objectifs poursuivis par les programmes d’enseignement français.
Les champs couverts relèvent principalement de la compréhension de l’écrit, de la culture mathématique et de la culture scientifique. Renouvelée tous les trois ans, l’enquête met l’accent sur un domaine majeur qui représente les deux tiers du questionnaire : compréhension de l’écrit en 2000, culture mathématique en 2003, culture scientifique en 2006. La reprise du cycle en 2009 permet de suivre les évolutions dans le temps : les résultats de PISA 2012 sont ainsi directement comparables à ceux de 2003.



Quels sont les élèves concernés ?
La population visée par l’enquête 2012 couvre 96 % de la génération des jeunes français nés en 1996 et scolarisés dans les établissements sous tutelle du ministère de l’éducation nationale, sauf les Erea, et du ministère en charge de l’agriculture, en France métropolitaine et dans les DOM, à l’exception de La Réunion et de Mayotte. Les élèves de l’échantillon français se répartissent dans des niveaux de formation extrêmement variés : les élèves « à l’heure », c’est-à-dire n’ayant jamais redoublé, se trouvent principalement en seconde générale et technologique ou en seconde professionnelle ; les élèves « en retard » sont en classe de troisième (27,8 %), voire en quatrième (1,9 %).

La compréhension de l’écrit
Elle se définit comme un ensemble dynamique de connaissances, de compétences et de stratégies liées à la lecture et à l’écriture : accéder à l’information et la localiser, intégrer et interpréter, réfléchir et évaluer. Elle renvoie aussi à la maîtrise d’autres compétences essentielles à la vie quotidienne, dont la capacité d’une personne de s’engager dans la vie sociale et économique.

La culture scientifique
Pour le programme PISA, la compréhension des sciences et de la technologie est un point central de la préparation à la vie dans la société moderne. Pour cette raison, l’expression « culture scientifique », qui évoque la capacité à utiliser des connaissances dans des contextes de vie quotidienne, est préférée à celle de « science » qui se rapproche de la connaissance scolaire. 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires reçus n’ont pas tous vocation à être publiés.
Étant directeur de publication de ce blog, seuls les textes qui présentent un intérêt à mes yeux seront retenus.