Translate

mardi 24 septembre 2013

Les élèves sont-ils plus performants dans les établissements où règne un bon climat de discipline ? (OCDE)

OCDE : Pisa à la loupe, n° 32
09.2013




Intéressante étude que nous livre une enquête réalisée à partir des déclarations des élèves lors de PISA 2009. Les principaux enseignements qu’on peut en tirer sont :
- que la plupart des élèves bénéficient d’un bon climat de discipline en classe durant leurs cours de la langue d’enseignement ;
- que les élèves issus d’un milieu socio-économique défavorisé sont moins susceptibles que les élèves issus d’un milieu socio-économique favorisé de bénéficier d’un bon climat de discipline en classe ;
- et qu’un bon climat de discipline en classe – indépendamment du profil socio-économique global de l’établissement – est associé à un meilleur niveau de performance.

Les résultats de l’enquête sont globalement satisfaisants : « La majorité des élèves (…) bénéficient d’un bon climat de discipline en classe. Ainsi, en moyenne, dans les pays de l’OCDE, 4 élèves sur 5 déclarent qu’il n’arrive que rarement qu’ils ne puissent pas bien travailler en classe à cause des autres élèves ; environ 3 élèves sur 4 déclarent par ailleurs qu’il n’arrive que rarement que leurs enseignants aient à attendre un long moment avant que leurs élèves se calment ; et plus de 2 élèves sur 3 déclarent qu’il n’y a jamais ou presque jamais de bruit et d’agitation en classe. »

Bien entendu, il y a des pays où cela se passe mieux que d’autres. Dans le peloton de tête, et sans surprise, nous trouvons la Corée, la Thaïlande, le Japon, Shangaï, mais aussi le Kazakhstan. À l’opposé, nous avons parmi les pays à problèmes, l’Argentine, la Grèce, les Pays-Bas, mais aussi la Finlande. Et, bien entendu, la France où « près d’un élève sur deux déclare qu’il y a du bruit et de l’agitation en classe ». Les pédagogies constructivistes en vogue depuis une quarantaine d’années dans notre pays ont certainement beaucoup contribué à cette situation peu enviable. La permissivité et l’auto-discipline chères à l’École “moderne” se paient au prix fort.

Les experts de l’OCDE observent que « les classes et les établissements qui connaissent davantage de problèmes de discipline sont moins propices à l’apprentissage, car les enseignants sont contraints de passer plus de temps à ramener l’ordre avant de pouvoir enseigner à proprement parler ». Et ils concluent sur le fait que « le climat de discipline est l’une des rares caractéristiques de niveau Établissement pour laquelle on observe, de façon systématique et dans tous les pays, une corrélation positive significative avec la performance, même après contrôle d’autres caractéristiques de l’établissement et du milieu des élèves ».

Reste à savoir si nous saurons en tenir compte dans notre système éducatif où l’autorité de l’enseignant se réduit comme une peau de chagrin d’une année sur l’autre…


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires reçus n’ont pas tous vocation à être publiés.
Étant directeur de publication de ce blog, seuls les textes qui présentent un intérêt à mes yeux seront retenus.