Translate

mardi 2 juillet 2013

Quels contenus pour l'enseignement obligatoire ? (IFÉ)

Auteur : Annie Feyfant
Veille et analyse - IFÉ, Dossier d'actualité n° 85
06.2013



  
En Enseignement Explicite, le contenu des programmes est important et s’intègre dans un alignement curriculaire. En effet, le programme à enseigner, la pédagogie mise en œuvre et l’évaluation des apprentissages réalisés par les élèves doivent être en cohérence pour gagner en efficacité. L’auteur de cette étude l’évoque dans sa conclusion : « La cohérence d’un curriculum (…) repose sur les contenus mais aussi sur les méthodes d’enseignement, la pédagogie, les supports et les modalités d’évaluation des apprentissages, la qualité des enseignants, l’enchaînement des contenus, leur hiérarchisation selon l’âge des élèves. »

Nous n’en sommes hélas pas encore à ce niveau d’intégration favorable à l’enseignement explicite en France. Depuis une quarantaine d’années, les programmes officiels pour le Primaire sont dictés par le courant constructiviste, même ceux de 2008 qui recommandaient La Main à la pâte pour un enseignement des sciences par la découverte. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’on constate un allègement permanent de ces programmes d’une parution sur l’autre : la pratique constructiviste étant incapable d’atteindre les objectifs fixés, on réduit ces derniers. Pourtant, les enfants d’aujourd’hui n’étant pas plus bêtes que ceux d’hier, il suffirait d’abandonner les démarches pédagogiques qui ne fonctionnent pas pour adopter celles que les données probantes désignent comme efficaces.

Heureusement, il nous reste la liberté pédagogique : « En France, les programmes de cours sont traditionnellement très centralisés, avec peu de marge d’initiative à l’échelon local, mais avec une autonomie pédagogique laissée aux enseignants pour décliner les programmes dans la classe et choisir leurs ressources (manuels par exemple) et méthodes. » [souligné par moi].

Comment s’élaborent les programmes ?

« En France, jusqu’en 1989, la conception des programmes appartenait uniquement à l’inspection générale. À partir de cette date, c’est au Conseil national des programmes (CNP) qu’il échoie de formuler des propositions sur le contenu du socle et des programmes. Les membres du CNP travaillent en groupes disciplinaires présidés par un universitaire et comportant des universitaires, des inspecteurs généraux et territoriaux et des enseignants. (…) Mais la rédaction des programmes n’incombent pas au CNP, ce sont des groupes disciplinaires, constitués par la DESCO (direction de l’enseignement scolaire) et composés d’inspecteurs (IGEN, IPR, IEN) et d’enseignants de terrain qui rédigent les projets de programmes. En 2005, le CNP fait place à une autre entité consultative, le Haut conseil de l’éducation (HCE) qui a une mission “d’émettre des avis et de formuler des propositions sur la pédagogie, les programmes, l’organisation, les résultats du système éducatif et la formation des enseignants”. La Loi d’orientation de 2013 prévoit la création d’un Conseil supérieur des programmes qui aura pour mission de formuler des propositions sur la conception des enseignements dispensés au primaire et au secondaire ; sur le contenu du socle commun de connaissances, de compétences et de culture et des programmes scolaires et leur articulation en cycles. »

Après un passage à vide d’une dizaine d’années, les partisans du constructivisme pédagogique connaissent une embellie avec le ministre Peillon. Malgré la contestation dont ils furent l’objet dans les années 2000, leur lobby a su toutefois se maintenir aux postes clés et aux prébendes, gardant en définitive la haute main sur toute la structure éducative française. Et notamment sur les secteurs stratégiques de la formation des enseignants et de la hiérarchie intermédiaire.

De ce fait, le choix des membres du Conseil supérieur des programmes qui doit être mis en place en septembre 2013 sera révélateur des options pédagogiques ayant les faveurs du ministère. Je crois qu’on peut sans risque prendre dès maintenant les paris…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires reçus n’ont pas tous vocation à être publiés.
Étant directeur de publication de ce blog, seuls les textes qui présentent un intérêt à mes yeux seront retenus.