Translate

dimanche 8 juillet 2012

Pour une nouvelle organisation du temps scolaire à l’école primaire (Bruno Suchaut)

Institut de recherche sur l'éducation - Unité de recherche pour le pilotage des systèmes pédagogiques
06.2012

Dans ce document, Bruno Suchaut définit les principes généraux sur lesquels devrait s’appuyer une nouvelle organisation du temps scolaires :
« Le premier principe repose sur un meilleur respect des rythmes des enfants. Les améliorations à apporter dans ce domaine sont à présent bien connues et concernent les aspects suivants : une alternance plus équilibrée des périodes de classe et de congé sur l’année scolaire, une réduction du temps scolaire sur la journée, une programmation des séquences d’apprentissage à des moments où la vigilance des élèves est la plus grande, une semaine scolaire étalée sur cinq jours et, en conséquence, une diminution de la durée des congés d’été.
Le second principe est d’améliorer l’usage du temps d’enseignement avec l’idée de préférer la qualité à la quantité. La nouvelle organisation doit permettre d’améliorer l’efficacité de l’enseignement en intégrant dans le temps scolaire, d’une part des périodes spécifiques consacrées à la prise en charge de la difficulté scolaire et, d’autre part, des périodes d’enseignement en petits groupes.
Le troisième principe vise l’amélioration des conditions de travail des enseignants. Les modifications apportées dans la répartition du temps des élèves doivent aussi permettre de reconsidérer le temps de travail des enseignants en donnant une place spécifique dans la nouvelle configuration de la semaine à des tâches autres que celles destinées à l’enseignement (concertation pédagogique, travail collaboratif, etc…).
Un quatrième principe est de mieux articuler les temps scolaire et périscolaire. Un des dangers potentiels d’une nouvelle organisation du temps est de laisser les élèves sans prise en charge trop tôt dans l’après-midi. Il est donc primordial de penser une articulation entre les différentes activités proposées aux élèves au cours de la journée en visant la complémentarité de manière à éviter cet écueil qui pourrait générer des inégalités.
Enfin, un dernier principe, lié au précédent, est de mieux coordonner les interventions auprès des élèves. Il s’agit de prendre en compte l’ensemble des adultes présents dans l’école (enseignants, intervenants rémunérés par la municipalité, E.V.S., etc…) en les considérant comme des ressources potentielles pour des activités complémentaires, mais de nature différente et toutes utiles à la scolarité des élèves. »
Signalons également que parmi les 5 références  bibliographiques figurent un article de Bissonnette-Richard-Gauthier-Bouchard et un article de Pascal Bressoux (le chercheur français le plus favorable à l’enseignement explicite).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires reçus n’ont pas tous vocation à être publiés.
Étant directeur de publication de ce blog, seuls les textes qui présentent un intérêt à mes yeux seront retenus.