Translate

vendredi 14 décembre 2012

Les facteurs liés à la réussite aux épreuves obligatoires de français en 6e année du primaire : un tour d'horizon (ÉLDEQ)

Auteurs : Hélène Desrosiers et Karine Tréteault
Étude longitudinale du développement des enfants du Québec (ÉLDEQ 1998-2010) – De la naissance à 10 ans, Institut de la Statistique Québec, Volume 7, Fascicule 1
12.2012


Il s’agit d’un travail effectué à partir d’une étude longitudinale menée sur un échantillon de 2 120 enfants nés en 1997-1998, suivis de l’âge de 5 mois jusqu’à 12 ans. L'objectif principal de cette étude est de comprendre les trajectoires qui, pendant la petite enfance, conduisent au succès ou à l'échec lors du passage dans le système scolaire. Nous avions déjà signalé, en 2011, une publication découlant de cette étude : Prédire la réussite scolaire des enfants en quatrième année à partir de leurs habiletés cognitives, comportementales et motrices à la maternelle.

La présente étude porte sur la réussite aux épreuves de français à la fin du Primaire, et les éléments qui la facilitent en amont. Comme :
- l’éveil précoce à la lecture dès l’âge de 1 an ½ ;
- une bonne préparation en maternelle aux exigences du système scolaire, notamment sur le plan cognitif ;
- les compétences de base en mathématiques à la maternelle semblent fortement associées à la réussite en français en fin de primaire.

À l’inverse, les paramètres défavorables sont le fait d’être un garçon, d’appartenir à un famille socio-économiquement défavorisée, de ne pas pratiquer d’activités physiques dans son temps libre, de passer moins de temps à lire pour le plaisir, d’avoir des problèmes de comportement et d’attention, d’avoir de mauvaises relations avec l’enseignant(e), d’avoir moins d’attachement envers l’école ou de peu participer en classe.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires reçus n’ont pas tous vocation à être publiés.
Étant directeur de publication de ce blog, seuls les textes qui présentent un intérêt à mes yeux seront retenus.