Translate

vendredi 11 février 2011

Le redoublement dans l'enseignement obligatoire en Europe : réglementations et statistiques (Eurydice)

Commission européenne
01.2011




Ce document permet enfin de faire le point sur les réglementations concernant le redoublement dans les pays d’Europe. Il apparaît ainsi que des informations erronées circulent comme étant des vérités établies, notamment que « le redoublement n’existe pas en Finlande ».

Le passage automatique au niveau supérieur existe effectivement dans un petit nombre de pays : l’Islande, la Norvège, la Bulgarie et le Liechtenstein. Là où le redoublement est autorisé, cette possibilité est souvent accompagnée de limitations. Mais, dans tous les cas, c’est l’insuffisance dans les résultats scolaires qui sert de principal critère pour le motiver. Soulignons que, presque partout, c’est l’avis des enseignants qui prédomine. Dans les deux tiers des pays, les parents sont toutefois associés et peuvent intervenir de diverses manières lorsque la question du redoublement se pose pour leur enfant.

De fait, le taux de redoublement varie fortement selon les pays où il est autorisé. Cela va de 2% pour la Grèce à 22,4% pour le Portugal et les Pays-Bas. Avec 17,8%, la France reste à un niveau élevé.

Rappelons que notre position sur cette question du redoublement est dictée par la nécessité de l’efficacité en enseignement. Selon nous, les élèves d’une même classe doivent avoir un niveau le plus homogène possible pour profiter pleinement des apprentissages. Que les élèves soient très performants, dans la moyenne ou en difficultés, peu importe. Si, en cours d’année, certains décrochent, il faut impérativement leur proposer du soutien en dehors des heures scolaires pour les remettre à niveau. Ce n’est qu’à ce prix (aussi au sens propre) que l’on peut éviter les redoublements. Cependant, si les moyens concrets d’une remise à niveau efficace ne sont pas réellement mis en œuvre, on ne peut que recourir au redoublement. Celui-ci laisse en effet plus de chance à un élève que le passage automatique au niveau supérieur d’année en année, jusqu’à l’éjection finale du système scolaire, sans la moindre qualification mais avec beaucoup d’amertume…


-o-

Ce commentaire a été cité dans un article de Marie-Estelle Pech, intitulé Inutile et cher, le redoublement scolaire de plus en plus contesté, paru dans Le Figaro du 19/20.02.2010.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires reçus n’ont pas tous vocation à être publiés.
Étant directeur de publication de ce blog, seuls les textes qui présentent un intérêt à mes yeux seront retenus.